This content is not available in your region

A un mois de son procès, Patrick Zaki a le soutien de l'université de Bologne

Access to the comments Discussion
Par Luca Palamara
euronews_icons_loading
A un mois de son procès, Patrick Zaki a le soutien de l'université de Bologne
Tous droits réservés  from Euronews video

"Votre soutien passe par-delà les murs de la prison". C'est par ces mots que Patrick Zaki a voulu remercier les étudiants et les professeurs de son université de Bologne.

Patrick Zaki est un militant des droits de l'Homme égyptien et étudiant dans la cité d'Emilie-Romagne. Il vient de passer 22 mois dans une prison au nord du Caire, accusé par les autorités d'avoir "répandu de fausses nouvelles".

Sa détention a marqué les esprits dans son pays d'adoption, des manifestations ont été organisées à travers toute l'Italie et des milliers de lettres de soutien lui ont été adressées.

"Ce qui nous a frappé dans cet événement, c'est la spontanéité absolue et l'unanimité des sentiments que Patrick a pu susciter, non seulement de la part des étudiants et des professeurs, mais aussi de tout type de citoyens, en Italie et ailleurs", explique Federico Condello, professeur à l'Université de Bologne.

En Europe, en Russie, en Amérique, le sort de Patrick Zaki a ému. L'annonce de sa libération le 8 décembre dernier, bien qu'en vue de son procès, a été vécu comme un soulagement.

"Patrick nous sommes un groupe d'étudiantes et aujourd'hui nous étions si he ureuses de la nouvelle que nous avons décidé de quitter le cours plus tôt pour fêter ça. Nous avons porté un toast pour vous, mais ensuite nous nous sommes senties coupables parce que nous avions le privilège d'assister aux cours, mais vous ne pouvez pas", peut-on lire sur l'un de ses lettres.

Accusé d'avoir écrit un article en défense de la minorité copte en Égypte, Patrick Zaki attend son procès le 1er février. A l'université de Bologne, on croit fermement à son innocence et on fait tout pour faire entendre sa voix.

"Patrick est un jeune homme brillant et capable, très généreux et très gentil aussi, mais là n'est pas la question. L'Université avait le devoir et le droit de demander justice pour l'un de ses étudiants. Patrick est un citoyen égyptien, mais il est aussi un étudiant italien de l'Université de Bologne et donc un étudiant européen", précise Rita Monticelli, professeur à l'université de Bologne.

Le procès se déroulera devant une cour spéciale, c'est-à-dire sans possibilité d'interjeter appel. On estime que 60 à 70 000 personnes sont emprisonnées en Egypte pour leurs opinions.