This content is not available in your region

Jamais autant de migrants n'ont traversé la Manche en 2021

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Sur une plage de Wimereux, France, au bord de la Manche, le 17 novembre 2021
Sur une plage de Wimereux, France, au bord de la Manche, le 17 novembre 2021   -   Tous droits réservés  Louis Witter/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Les périlleuses traversées de la Manche par des migrants rêvant d'Angleterre ont atteint un nombre record en 2021, à plus de 28 000 personnes, un phénomène en pleine explosion qui empoisonne les relations entre Londres et Paris.

Au moins 28 395 migrants ont rejoint les côtes anglaises à bord de petites embarcations, plus du triple de l'année précédente (plus de 8 400), a indiqué l'agence de presse britannique PA sur base de chiffres obtenus auprès du ministère britannique de l'Intérieur.

Naufrage meurtrier fin novembre

Le phénomène s'est fortement développé depuis 2018 face au bouclage du port de Calais (nord de la France) et d'Eurotunnel, que les migrants empruntaient en se cachant à bord de véhicules.

Sur le seul mois de novembre 2021, près de 6 900 personnes ont fait la traversée malgré le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l'eau, dont un record de 1 185 personnes en un seul jour, le 11 du mois.

Certains migrants l'ont payé de leur vie, comme fin novembre, quand le naufrage d'une embarcation précaire - le plus meurtrier dans cette voie maritime très fréquentée - a fait 27 morts, suscitant une grande vague d'émotion dans l'opinion.

Les traversées illégales de la Manche sont devenues un véritable casse-tête politique pour le Premier ministre britannique Boris Johnson et sa ministre de l'Intérieur Priti Patel, alors que le dirigeant conservateur a fait de la lutte contre l'immigration son cheval de bataille, dans la foulée du Brexit.

Ces traversées constituent aussi un sujet de tension régulier entre Paris et Londres, les autorités britanniques estimant insuffisants, malgré le versement d'aides financières, les efforts entrepris côté français pour empêcher les migrants d'embarquer.

Les Français, qui réfutent ces accusations, rétorquent que Londres rechigne à effectivement délier les cordons de la bourse.

Un projet de loi controversé au Royaume-Uni

Le climat entre les deux capitales s'était encore tendu après le naufrage meurtrier de novembre, Paris voyant d'un très mauvais oeil une proposition de Boris Johnson demandant aux Français de reprendre les migrants ayant traversé illégalement la Manche.

Selon le journal The Times lundi, les Britanniques ont peu d'espoir d'aboutir à un accord avec la France avant l'élection présidentielle française en avril.

En attendant, le gouvernement britannique veut rendre "impraticables" ces traversées, pour lesquelles les passeurs recourent de plus en plus à des bateaux de plus grande capacité, de plusieurs dizaines de personnes.

Un projet de loi controversé, qui promet des mesures plus sévères contre les passeurs mais aussi contre les migrants arrivés illégalement, est en cours d'examen au Parlement.

S'il est adopté, les demandeurs d'asile arrivés illégalement sur le territoire seront renvoyés vers les "pays sûrs" par lesquels ils sont préalablement passés.

Les associations de défense des droits humains s'indignent contre un texte jugé cruel. Mais pour le gouvernement, il créera "un système d'immigration juste mais ferme", "protégera les plus vulnérables et réprimera l'immigration illégale ainsi que les bandes criminelles qui la facilitent".

"Les gens continueront de traverser la Manche dans des embarcations précaires, et les trafiquants continueront d'engranger des profits, à moins que les ministres n'ouvrent plus de routes pour que les réfugiés puissent demander l'asile ici", a de son commenté Tim Naor Hilton, directeur de l'association Refugee Action.