This content is not available in your region

La déferlante Omicron met de nombreux pays sous pression

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La déferlante Omicron met de nombreux pays sous pression
Tous droits réservés  Andre Penner/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

La pandémie de Covid-19 a poursuivi cette semaine sa flambée dans le monde. Toutefois l’accélération des contaminations, due au variant Omicron, ne s'accompagne pas pour l’heure d’une hausse globale des décès.

Le chiffre officiel des cas de Covid-19, certainement sous-estimé, a passé vendredi la barre des 300 millions dans le monde, alors que les pays luttent contre la propagation du variant Omicron et intensifient les campagnes de vaccination.

Le monde, où les cas sont en hausse depuis la mi-décembre, soit près de deux semaines après la découverte du variant Omicron au Botswana et en Afrique du Sud, connaît actuellement une quatrième vague avec un nombre record de contaminations enregistrées.

La Lituanie, frappée par le variant Omicron, pourrait atteindre dans les prochains jours de nouveaux records de contamination, mais les autorités sanitaires se veulent rassurantes sur le nombre d'hospitalisations.

"Nous pouvons désormais affirmer que le variant Omicron est bien dominant dans le pays. Mais la différence avec les vagues précédentes c’est que nous n’avons pas eu de cas grave jusqu'à présent. Et l'information la plus importante, c'est que le nombre d'hospitalisations n'ait pas augmenté avec cette vague de contaminations. Cela signifie que la plupart des personnes infectées par Omicron n'ont pas besoin d'être hospitalisées, car leurs symptômes sont plutôt légers", a expliqué Feliksas Jankauskas, le directeur de l'hôpital universitaire de Vilnius.

L'Allemagne tergiverse sur l'obligation vaccinale

Le chancelier Olaf Scholz a fermement défendu vendredi son projet d'instaurer l'obligation vaccinale contre le Covid-19 en Allemagne même si l'adoption de la mesure a pris du retard dans un climat déjà surchauffé par les restrictions existantes

A l'issue d'une réunion au sommet vendredi entre gouvernement et régions pour mieux combattre le coronavirus et notamment le variant Omicron, Olaf Scholz a cependant assuré que tous les Länder allemands s'étaient prononcés en faveur de la mesure.

Outre son caractère obligatoire, c'est également la mise en place d'un registre de vaccination, centralisé par l'administration, qui pose problème dans un pays toujours traumatisé par la surveillance de masse sous le nazisme puis en Allemagne de l'Est.

Des militaires déployés dans des hôpitaux britanniques sous pression

Plusieurs centaines de militaires vont être déployés en renfort des hôpitaux et services ambulanciers britanniques, confrontés à un absentéisme croissant et à une hausse des hospitalisations en raison du Covid-19, ont annoncé vendredi les autorités.

Selon le service de santé pour l'Angleterre, NHS England, plus de 39 000 absences de personnels hospitaliers, à l'isolement car infectés par le coronavirus ou cas contact, étaient recensées au 2 janvier, soit 59% de plus en une semaine et le triple par rapport à début décembre.

Le ministre de la Défense, Ben Wallace, a salué la contribution des militaires à l'"effort national", soulignant qu'ils avaient déjà conduit des ambulances, administré des vaccins ou soutenu des patients à l'hôpital depuis le début de la pandémie.

Covid à l'école : les parents "craquent", les syndicats appellent à la grève

Tester ses enfants tous les deux jours, venir les chercher en urgence... Les parents d'élèves ont vécu une rentrée agitée face à un protocole sanitaire "très compliqué" et loin de contenter les syndicats enseignants, qui appellent largement à la grève.

La rentrée des classes s'est déroulée depuis lundi sous tension avec le variant Omicron, encadrée par un nouveau protocole sanitaire qui nécessite une multiplication des tests.

Les élèves sont désormais soumis à trois tests en quatre jours s'il y a un positif dans la classe: un antigénique ou PCR le jour de l'annonce du cas Covid, avec attestation à donner à l'école, puis des autotests à faire à la maison à J+2 et J+4.

Un dispositif compliqué, alors que les cas se multiplient, avec déjà 9.202 classes fermées jeudi, au plus haut depuis le printemps dernier.