This content is not available in your region

Covid-19 : renforcement des restrictions en Italie et en Suède

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le Premier ministre italien Mario Draghi lors d'une conférence de presse pour expliquer les nouvelles mesures sanitaires, lundi 10 janvier 2022.
Le Premier ministre italien Mario Draghi lors d'une conférence de presse pour expliquer les nouvelles mesures sanitaires, lundi 10 janvier 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Gregorio Borgia (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)

Face à la propagation d'Omicron, plusieurs pays européens ont décidé de durcir (encore) leurs mesures sanitaires.

Italie

Le Premier ministre italien Mario Draghi a remis la pression lundi sur les personnes non-vaccinées, les estimant à l'origine de "la plupart des problèmes" du pays, en proie à une forte propagation du variant Omicron.

Selon de nouvelles mesures entrées en vigueur lundi, les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne peuvent plus se rendre au restaurant, au cinéma, à la piscine ou dans les clubs de sport ni prendre les transports publics, alors que les écoles ont rouvert.

Seules les personnes récemment remises du Covid-19 sont exemptées de cette obligation, qui représente un nouveau renforcement des restrictions imposées aux non-vaccinés face à l'augmentation des infections, y compris chez les enfants.

La plupart des problèmes que nous connaissons aujourd'hui sont dus au fait qu'il existe des personnes non-vaccinées
Mario Draghi
Président du Conseil italien

"La plupart des problèmes que nous connaissons aujourd'hui sont dus au fait qu'il existe des personnes non-vaccinées" qui "sont beaucoup plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie" et "mettent les hôpitaux sous pression", a déclaré Mario Draghi lors d'une conférence de presse lundi soir, alors que le pays enregistrait plus de 100 000 nouvelles contaminations en 24 heures.

L'Italie a par ailleurs annoncé la semaine dernière l'obligation vaccinale pour les personnes âgées de plus de 50 ans à partir du 15 février.

Suède

Confrontée à un rebond des cas de Covid-19, la Suède va instaurer de nouvelles mesures de lutte contre le virus, avec notamment un nombre limité de personnes pour les rassemblements publics et privés, a annoncé le gouvernement lundi.

A compter de mercredi, les bars et les restaurants devront fermer à 23h00 et les rassemblements publics en intérieur seront limités à 500 personnes - avec pass vaccinal obligatoire pour tout rassemblement de plus de 50 personnes.

Pour l'heure, le pass vaccinal est uniquement demandé pour les événements en intérieur réunissant plus de 500 personnes.

En outre, les événements privés seront plafonnés à 20 personnes en intérieur.

"En ce moment, nous faisons face à des niveaux record de transmission", a déclaré le Première ministre Magdalena Andersson, lors d'une conférence de presse.

Le pays, qui compte 10,3 millions d'habitants, a enregistré mercredi un nombre record de près de 24 000 cas de contamination au Covid-19 en 24 heures, dépassant largement le précédent record de 11 376 cas établi en décembre 2020, selon des chiffres de l'Agence de santé publique, qui montrent qu'Omicron est désormais le variant dominant en Suède.

Si, pour la directrice du Conseil national de la santé et du bien-être, Olivia Wigzell - les soins de santé sont déjà "très tendus" dans le royaume - le délai entre la propagation accrue du virus et le besoin de soins signifiait que la situation allait certainement empirer.

Il est désormais recommandé aux adultes de limiter leurs interactions sociales et d'avoir davantage recours au télétravail.

Les mesures annoncées lundi pourraient être nécessaires jusqu'à mi-février selon les autorités sanitaires, mais seront réévaluées toutes les deux semaines.

La Suède s'est distinguée dans la crise du coronavirus par l'absence de confinement et une stratégie reposant sur des recommandations plutôt que des mesures coercitives, avec un recours très restreint aux masques de protection dans l'espace public.

Le bilan total depuis le début de la pandémie a atteint selon les derniers chiffres 15 300 morts dans le pays, un nombre qui se situe dans la moyenne européenne - mais nettement supérieur à celui de ses voisins norvégien, finlandais et danois.