EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les émeutes au Kazakhstan ont fait 225 morts, selon les autorités

Un policier armé bloque au sol un manifestant, à Almaty, le 8 janvier 2022, Kazakhstan
Un policier armé bloque au sol un manifestant, à Almaty, le 8 janvier 2022, Kazakhstan Tous droits réservés Vasily Krestyaninov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Vasily Krestyaninov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les troubles qui ont frappé le Kazakhstan en ce début d'année ont fait 225 morts, d'après les autorités.

PUBLICITÉ

Les violents troubles au Kazakhstan qui ont débuté par des manifestations pacifiques contre la hausse des prix de l'énergie ont fait 225 morts, ont annoncé samedi les autorités, une augmentation spectaculaire par rapport aux précédents bilans officiels.

"Pendant l'état d'urgence, les corps de 225 personnes ont été admis dans les morgues, dont 19 étaient des agents des forces de l'ordre et des militaires", a déclaré Serik Shalabaev, un représentant du Procureur général, lors d'un point de presse.

D'autres cadavres étaient ceux de "bandits armés qui ont participé à des attaques terroristes", a-t-il ajouté. "Malheureusement, des civils ont également été victimes d'actes terroristes".

Le Kazakhstan avait précédemment reconnu moins de 50 morts - 26 "bandits armés" et 18 agents de sécurité - dans ce conflit.

Asel Artakshinova, porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré que plus de 2.600 personnes avaient été hospitalisées, 67 d'entre elles se trouvant actuellement dans un état grave.

Les autorités kazakhes ont imputé les actes de violence à des bandits et à des "terroristes" internationaux qui, selon elles, ont détourné les manifestations.

Les troupes de l'Organisation du traité de sécurité collective, dirigée par Moscou, qui sont intervenues, ont commencé à se retirer progressivement à partir de jeudi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : en Ukraine la ville de Kostiantynivka bombardée

Russie : le journaliste américain Evan Gershkovich condamné à 16 ans de prison pour "espionnage"

La Russie et la Chine mènent des exercices militaires conjoints