Total et Chevron se retirent de Birmanie : la situation des droits de l'homme à l'origine du retrait

Total et Chevron se retirent de Birmanie : la situation des droits de l'homme à l'origine du retrait
Tous droits réservés Rafael Yaghobzadeh/Associated Press
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les groupes français et américain annoncent quasi simultanément leur retrait du pays et font valoir la détérioration des droits de l'homme en Birmanie.

PUBLICITÉ

TotalEnergies et Chevron annoncent leur retrait de Birmanie et évoquent la dégradation des droits de l'homme dans le pays.

Les groupes français et américains sont partenaires dans l'exploitation du champ de Yadana, dans la mer d'Andanam.

Selon une ONG birmane, 1 500 civils ont été tués dans les répressions conduites par les militaires au pouvoir depuis le coup d'état du 1er février dernier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Pays-Bas vont fermer les vannes du plus grand gisement de gaz d'Europe en octobre

En Italie, manifestations contre un nouveau terminal LNG

Gaz : Netanyahu veut "accroître" les exportations d'Israël vers l'Italie