This content is not available in your region

Crise Russie-Ukraine : Emmanuel Macron veut croire à l'avancée de négociations de paix

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et le président français Emmanuel Macron se serrent la main après une conférence de presse conjointe
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et le président français Emmanuel Macron se serrent la main après une conférence de presse conjointe   -   Tous droits réservés  Efrem Lukatsky/The Associated Press

Les soldats ukrainiens sont suspendus aux annonces des diplomates. Y-aura-t-il une guerre avec la Russie ?

Beaucoup d'optimisme mais peu de mesures concrètes à l'issue des rencontres entre Emmanuel Macron et les présidents russe et ukrainien. Le président français dit estimer qu'il "existe la possibilité de faire avancer les négociations de paix" entre Moscou et Kiev. Il a également dit croire, à l'issue de sa double visite à Moscou et Kiev, à "des solutions concrètes pratiques" pour aboutir à une désescalade de la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. Une nouvelle réunion est déjà programmée. Et les deux parties affirment vouloir respecter les accords de Minsk signés en 2015.

"Nous comptons sur le fait qu'après la réunion du 26 janvier 2022 et la prochaine réunion à Berlin le 10 février, nous ferons un pas de plus vers un sommet au format Normandie" souligne Volodymyr Zelensky, le président ukrainien.

"Les choses doivent continuer d'avancer selon une compréhension commune des textes qui ont été signés en 2015 et je pense pour ma part que cet échange permet, si on sait avancer sur ces discussions et la clarification de ces textes, sur une rencontre dans les prochaines semaines. Tout cela n'est possible que si collectivement nous parvenons à maintenir le calme, la stabilité et le respect mutuel" indique Emmanuel Macron, le président français.

Le président Zelensky a remercié son homologue français pour ses efforts. "Merci d'être venu nous soutenir, soutenir l'Ukraine", a-t-il ajouté, s'adressant à M. Macron, qui est allé dans la capitale ukrainienne après s'être rendu la veille à Moscou pour essayer de désamorcer la crise autour de ce pays.

La menace hypothétique d'une invasion russe a réveillé de nombreux fantômes dans les pays européens. Face à la pire des crises russo-occidentale depuis la fin de la Guerre froide, ils intensifient les contacts diplomatiques.

"Pour l'Autriche, il est impensable de rester les bras croisés, si vous pensez que vous pouvez redessiner les frontières avec la force militaire. pour un pays de notre taille, au milieu de l'Europe, qui est dépendant de la sécurité, dépendant d'accords, dépendant du droit international, c'est une question de survie à long terme" affirme le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg.

Les Occidentaux craignent une invasion de l'Ukraine, des dizaines de milliers de soldats russes étant déployés à sa frontière. La Russie se défend de toute velléité belliqueuse et exige à l'inverse des "garanties" pour sa sécurité.