EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La guerre en Ukraine pousse la Suède et la Finlande à renforcer leur défense

La guerre en Ukraine pousse la Suède et la Finlande à renforcer leur défense
Tous droits réservés Swedish Air Force/ImageForum
Tous droits réservés Swedish Air Force/ImageForum
Par Christelle Petrongari avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il n'y a pas de précipitation, mais pas de pause non plus. Les pays scandinaves non membres de l'OTAN renforcent leur coopération en matière de défense après l'invasion russe en Ukraine.

PUBLICITÉ

Ne plus dépendre uniquement de la protection de l'OTAN. La guerre en Ukraine pousse de nombreux pays européens à se réarmer. La Suède et la Finlande, non membres de l'Alliance, ne cachent plus leur inquiétude et renforcent leur coopération en matière de défense. Stockholm vient d'annoncer une augmentation des dépenses de défense à 2 % du PIB "dès que cela sera pratiquement possible". 

La Finlande pourrait aller plus loin. Sa population semble prête à un changement radical de sa traditionnelle neutralité

"Il y a eu un changement historique. Avant c'était 50% contre 24% et maintenant c'est 54% pour et 20% contre. Je pense que les gens sont poussés, à juste titre, par ce que j'appelle la peur rationnelle. La peur que la Russie puisse faire la même chose à la Finlande ou à la Suède. Et en même temps, il y a la rationalité, nous devons maximiser notre sécurité et faisons cela, sinon à court terme, du moins à long terme, par une alliance militaire, l'OTAN, et une défense collective" explique l'ancien Premier ministre finlandais Alexander Stubb

Après avoir consulté les partis politiques sur leur perception de la crise et leur position sur une éventuelle adhésion à l'OTAN, la cheffe du gouvernement finlandais Sanna Marin a indiqué que son pays allait revoir sa politique de sécurité au printemps. Aucune date n'a pour l'heure été fixée pour ouvrir le débat sur une adhésion à l'Alliance atlantique. Pour l'instant, la priorité semble être de renforcer la coopération en matière de sécurité par tous les moyens possibles. A commencer par demander des garanties à ses homologues d'activer la clause de défense mutuelle prévue dans le traité de Lisbonne en cas d'agression armée sur le territoire d'un Etat membre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Remilitarisation et possible adhésion à l'OTAN : la Suède face à la menace russe

Pourquoi l’OTAN ne veut pas mettre en place une zone d’exclusion aérienne en Ukraine ?

Les pays baltes inquiets après l'annonce de la Russie de "réviser" ses frontières