EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Une Ukrainienne "enfant de Tchernobyl" retrouve sa famille d'accueil en Italie

Une Ukrainienne "enfant de Tchernobyl" retrouve sa famille d'accueil en Italie
Tous droits réservés Η Ταΐσια με τον γιο της
Tous droits réservés Η Ταΐσια με τον γιο της
Par Luca Palamara
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Vingt-six ans après avoir été accueillie en tant qu'"enfant de Tchernobyl" en Italie, une mère ukrainienne s'est réfugiée avec son fils dans sa famille d'accueil de l'époque, en attendant de pouvoir retourner dans son pays, espère-t-elle.

PUBLICITÉ

Au domicile de la famille Cioffi à Ercolano près de Naples, une mère joue avec son fils. Ce cadre serein est bien loin de la tension endurée par les nombreuses familles ukrainiennes qui tentent de fuir la guerre par tous les moyens. Taisia Vechurko a réussi à rejoindre l'Italie avec son fils et ont trouvé refuge chez la même famille qui l'avait accueillie en tant qu'"enfant de Tchernobyl" après la catastrophe nucléaire de 1986. C'était il y a 26 ans.

La fillette de 7 ans tentait alors d'échapper à un ennemi invisible : la radioactivité dans la région de Tchernobyl. Aujourd'hui, un ennemi visible et inquiétant l'a forcée à revenir chez les mêmes hôtes, cette fois en tant que mère.

"Je les remercie de m'accueillir une nouvelle fois"

Anna Cioffi se souvient avec émotion des premiers moments en compagnie de Taisia quand elle était enfant. "On ne connaissait pas sa langue, on ne savait pas comment se comporter avec elle, ni ce qu'elle voulait manger," confie la femme âgée. "J'ai ouvert le réfrigérateur, je l'ai placée devant et puis, avec ses toutes petites mains, elle a attrapé deux œufs et elle a fait un geste comme pour les casser, j'ai compris qu'elle voulait des œufs sur le plat," raconte-t-elle.

Taisia qui n'a jamais perdu le contact avec sa famille italienne n'aurait jamais imaginé avoir encore besoin de son aide. "Je les remercie de m'accueillir une nouvelle fois car les choses sont difficiles quand on ne sait pas où aller," reconnaît la jeune femme avant d'ajouter : "Mais quand on a une famille chez qui se réfugier, c'est très rassurant, surtout pour mon enfant. Il est très jeune et je ne voulais pas qu'il voit ce qui se passe en ce moment en Ukraine," souligne-t-elle.

euronews
Taisia Vechurko et son fils chez sa famille d'accueil italienneeuronews

"Je ressens le besoin d'y retourner"

La jeune mère fait partie des 55 réfugiés que la municipalité d'Ercolano, aux côtés de la Croix-Rouge et d'associations de bénévoles, est allée chercher à la frontière entre l'Ukraine et la Hongrie.

"Notre objectif, c'est d'intégrer les réfugiés dans la vie sociale," indique Ciro Buonajuto, maire d'Ercolano. "Nous leur donnons accès à des soins de santé, les enfants ukrainiens ont la possibilité d'aller à l'école avec les enfants italiens," poursuit-il. "L'accueil des réfugiés ukrainiens peut être une grande ressource pour notre ville et notre territoire," estime-t-il.

Taisia, de son côté, estime que son installation est temporaire : "Quand je suis arrivée ici, je me suis sentie en sécurité et puis ensuite, j'ai pensé à mes amis et à mes proches qui sont restés là-bas et ils me manquent," dit-elle. "Je ressens le besoin d'y retourner et de voir comment ils vont, je suis inquiète pour tous ceux qui sont encore là-bas," insiste-t-elle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : mise en place d'une plateforme pour faciliter l'accueil des réfugiés ukrainiens

Réfugiés : les femmes et les enfants, proies des trafiquants

En Italie et en France, des associations se mobilisent pour accueillir les réfugiés ukrainiens