EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"On avait peur pour nos enfants" : témoignage de deux Ukrainiennes réfugiées en Italie

Archives : une Ukrainienne et sa fille recueillies à Castel Gandolfo près de Rome, le 11/03/2022
Archives : une Ukrainienne et sa fille recueillies à Castel Gandolfo près de Rome, le 11/03/2022 Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews avec AFP, AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux Ukrainiennes réfugiées en Italie racontent comment elles ont fui la guerre dans leur pays, et elles confient leur espoir d'y retourner un jour, pour y vivre en paix.

PUBLICITÉ

Deux Ukrainiennes réfugiées en Italie racontent comment elles ont fui la guerre dans leur pays, et elles confient leur espoir d'y retourner un jour, pour y vivre en paix.

C'est une histoire de réfugiés ukrainiens, comme on en trouve désormais un peu partout en Europe. Là, c'est en Italie que ces deux femmes ukrainiennes et leurs enfants ont posé leurs valises, après avoir fui leur pays en guerre.

Nous sommes à Belmonte in Sabina, un petit village dans la montagne des Appenins, à une heure de route de Rome.

Ces réfugiés vivaient à Lviv lorsque le conflit a éclaté.

"Six jours après le début de la guerre, on a pris la décision de quitter le pays, raconte l'un des deux femmes, Tania. _On est parti car on avait peur. On n'avait pas peur pour nous, mais pour nos enfants, pour leur avenir. On risquait de se retrouver sans électricité, sans gaz, sans eau. Et comment expliquer ça aux enfants ? _Ils n'étaient pas préparés à vivre ainsi.Donc, on a décidé de partir, mais ce n'était pas facile. Le voyage a été très long."

Tania est partie avec ses deux enfants, laissant son mari sur place. Idem pour son amie Katia, qui a fui avec son garçon de 4 ans. Ces réfugiés ont traversé la Hongrie et l'Autriche avant d'arriver en Italie où elles connaissaient quelqu'un de la diaspora ukrainienne.

"Rentrer pour une nouvelle vie"

Combien de temps va-t-on rester ici ?, demande souvent les enfants à leurs mamans. Une question à laquelle elles n'ont évidemment pas de réponse.

"On espère bien rentrer chez nous un jour pour y refaire notre vie ensemble, confie Katia. Ce sera un nouveau départ pour le pays, on va le reconstruire, et on aura une vie encore plus paisible qu'avant !"

A ce jour, l'Italie a accueilli plus de 50 000 réfugiés ukrainiens. Les autorités s'attendent à en recevoir beaucoup plus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La nouvelle constitution du pape François promet "la lutte contre les agressions sexuelles"

Guerre en Ukraine : bombardements à Marioupol, Zelensky et "le sort de victimes"

Sécheresse, canicule, désertification : la Sicile en première ligne face au réchauffement climatique