This content is not available in your region

Des rescapées de l'Holocauste en Ukraine sont évacuées en Allemagne

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec Associated Press
euronews_icons_loading
Des rescapées de l'Holocauste en Ukraine sont évacuées en Allemagne
Tous droits réservés  -Screenshot- AP

Galina, Larisa, et Tatyana, toutes âgées de 83 ans, ne pensaient pas ressentir un jour la même panique que lorsqu'elles étaient enfants, quand les nazis lançaient des attaques aériennes sur Odessa.

Les peurs ont refait surface quand les premières bombes russes sont tombées sur Kiev.

Aujourd'hui, c'est l'Allemagne qui les accueille pour échapper à la guerre.

"C'est très effrayant d'y penser. Je me suis tout de suite souvenue de tout" raconte Tatyana Zhuravliova, médecin à la retraite et survivante de l'Holocauste en Ukraine

Les trois survivantes de l'Holocauste ont accepté l'aide d'une organisation juive pour sortir d'Ukraine et être emmenées en lieu sûr en Allemagne. Elles sont arrivées vendredi à la périphérie de Francfort après un voyage de 26 heures. Elles sont hébergées dans une maison de retraite.

"Je suis agréablement surprise par l'accueil qu'ils nous ont réservées, c'est très bien, un A+ vraiment. Alors bien sûr, je voudrais rester ici, tant qu'à Kiev le plafond peut me tomber sur la tête" explique Larisa Dzuenko, ingénieur à la retraite et survivante de l'Holocauste en Ukraine.

Sur les 10 000 survivants de l'Holocauste qui vivent en Ukraine, au moins 500 ont particulièrement besoin d'aide en raison de leur santé, leur évacuation est une priorité absolue pour les organisations humanitaires.

Mais transporter des personnes aussi fragiles hors d'Ukraine est une opération difficile et complexe où les bombardements et les tirs d'artillerie constants rendent toute évacuation très dangereuse. Il s'agit de trouver du personnel médical et des ambulances dans de nombreuses zones de guerre, de traverser les frontières internationales et même de convaincre les survivants, malades et incapables de quitter leur domicile sans aide, de fuir à nouveau dans l'incertitude, cette fois sans la vigueur de la jeunesse.

Parfois il est trop tard. Borys Romanchenko a été tué lorsqu'un missile russe a touché son appartement à Kharkiv le 18 mars dernier. Il était âgé de 96 ans.