This content is not available in your region

Sergueï Lavrov déclenche un incident diplomatique après ses propos sur les Juifs

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov   -   Tous droits réservés  AP Photo

L’ambassadeur russe en Israël Anatoly Viktorov a été convoqué pour clarifier les propos de Sergueï Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères a mis le feu aux poudres, ce dimanche, en répondant à Volodymyr Zelensky qui s’étonnait de l’emploi par la Russie du terme "nazification" pour décrire la situation en Ukraine alors qu’il est lui-même Juif.

"Il avance un argument : "quel genre de nazification pouvons-nous avoir si je suis Juif ?". Mais si je me souviens bien, et je peux me tromper, Hitler avait aussi des origines juives, a déclaré Serguei Lavrov à la télévision italienne. Donc cela ne veut absolument rien dire. Depuis un certain temps, des juifs eux-mêmes nous ont dit que les plus grands antisémites étaient juifs" a-t-il ajouté.

La déclaration du ministre russe des Affaires étrangère n’ont pas tardé à faire réagir. 

Le chef de la diplomatie israélienne Yair Lapid s'est exprimé sur twitter : "Les remarques du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont à la fois une déclaration impardonnable et scandaleuse, ainsi qu'une terrible erreur historique. Les Juifs ne se sont pas assassinés eux-mêmes pendant l'Holocauste. Le plus bas niveau de racisme contre les Juifs est d'accuser les Juifs eux-mêmes d'antisémitisme".

Le directeur du mémorial Yad Vashem à Jérusalem, Dani Dayan, a lui aussi condamné la déclaration du diplomate russe : "Les propos du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont fallacieux et doivent être condamnés dans les termes les plus forts. Il propage essentiellement l'inversion de l'Holocauste, où les victimes sont considérées comme les auteurs des crimes. C'est odieux, c'est méprisable et c'est contraire à la vérité historique."

La polémique intervient quelques jours après la Journée de commémoration de l’Holocauste

Jeudi dernier, Israël s'est figée l’espace de deux minutes en commémoration aux six millions de juifs assassinés par les nazis durant la Seconde guerre mondiale.