This content is not available in your region

Semaine sainte en Andalousie : la communauté gay entre ombres et lumières

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le danseur Carlos Cavento
Le danseur Carlos Cavento   -   Tous droits réservés  AFP

Ombres et lumières dans l’intégration de la communauté homosexuelle lors de la célèbre et très festive Semaine sainte dans le Sud de l’Espagne. En Andalousie, les stylistes gays jouent depuis longtemps un rôle clé dans l’habillage des figures de la Vierge Marie portées dans les rues. Selon le collectif chrétien lgtbi Ichthys, ils sont plus de 90 % dans les confréries, ces groupements de chrétiens fondés en vue de favoriser une entraide fraternelle ou pour animer et développer une tradition religieuse.
Une forme d’intégration même si les jugements ont toujours été là selon l'anthropologue Rafael Cáceres : "C'est sur ce principe que s’est fondée une certaine acceptation : que les stylistes étaient homosexuels mais qu’ils n’en parlaient pas."

Capture d'écran Euronews
Festivités lors de la Semaine sainte en AndalousieCapture d'écran Euronews

Antonio Muñoz Tapia est l'un de ceux qui ont souffert du rejet. Son mariage avec son époux David en 2016 lui a fermé les portes du discours d’inauguration de la Semaine sainte de sa ville. Plus récemment, le magazine annuel de l'église publié par les confréries a refusé son article dans lequel il appelait à l'égalité : "Je ne comprends pas cette hypocrisie qui consiste à soutenir les confréries, oui, mais ensuite à ne pas avoir les mêmes droits. Je pense qu'il est temps de faire un pas en avant et que ce sont les confréries elles-mêmes qui doivent dire que ce n'est pas normal".

Le rejet a également été vécu par les célèbres créateurs de mode Victorio et Lucchino. Peu de temps après leur mariage en 2007, une lettre à l'éditeur parue dans un journal sévillan a critiqué le fait qu'ils aient été autorisés à porter des figures de la Vierge Marie. Vitorio raconte :"Il y avait un groupe de frères qui disaient que parce que nous étions mariés, nous ne devions pas être autorisés à habiller les images de la Vierge Marie. Nous avons trouvé cela vraiment injuste car cela n'avait aucun rapport avec notre manière de nous comporter. Nous menons une vie très droite et morale".

Capture d'écran Euronews
Les créateurs de mode Victorio et LucchinoCapture d'écran Euronews

Face à ces limites, certains gays, comme le danseur Carlos Carvento, ont décidé de vivre la Semaine sainte à leur manière. Avec une dévotion pour les images de la Vierge Marie : "Nous voyons dans ces vierges une mère et une personne à qui nous pouvons parler en toute confiance. Une personne qui nous écoute sans nous juger". Que le reste du monde le juge ou l'applaudisse, c'est ainsi que Carlos souhaite vivre la Semaine sainte. Il avance avec fierté, habillé en femme, avec une jupe noire, des talons hauts et la "mantille" de sa grand-mère.