Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Décès de Michel Bouquet, grande figure du cinéma et du théâtre français

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, AP
L'acteur français Michel Bouquet, lors de la cérémonie des Molières, à Paris, le 02/06/2014
L'acteur français Michel Bouquet, lors de la cérémonie des Molières, à Paris, le 02/06/2014   -   Tous droits réservés  ERIC FEFERBERG/AFP

Le comédien Michel Bouquet, monument du théâtre français connu pour avoir joué pas moins de 800 fois "Le roi se meurt" d'Eugène Ionesco et césarisé deux fois pour ses rôles à l'écran, est décédé ce mercredi à l'âge de 96 ans, a annoncé son service de presse à l'AFP.

"Michel Bouquet est décédé (mercredi) en fin de matinée dans un hôpital parisien", a-t-on précisé.

2 Césars, 2 Molières

S'il préfère le théâtre au cinéma, Michel Bouquet a tourné dans plus d'une centaine de films.
Il a remporté deux Césars pour "Comment j'ai tué mon père" (2002) et "Le promeneur du Champ de mars" (2006).

Au théâtre, il avait décroché deux fois le Molière du meilleur comédien dont en 2005 pour "Le roi se meurt", qu'il jouait avec son épouse Juliette Carré, formidable reine Marguerite.

De Paris au Festival d'Avignon

Né le 6 novembre 1925 à Paris, fils d'un officier qu'il a peu connu car devenu prisonnier de guerre, Michel Bouquet a été envoyé avec ses frères en pension, une expérience qui l'a "terrorisé".

Il doit son goût du spectacle à sa mère qui l'emmenait régulièrement à l'Opéra Comique.

Tour à tour apprenti pâtissier, mécanicien dentiste, manutentionnaire durant sa jeunesse, il se rend un jour chez Maurice Escande, sociétaire de la Comédie-Française, qui lui proposa immédiatement de suivre ses cours.

Intégrant le Conservatoire en même temps que Gérard Philipe, il montera sur les planches en 1944, deviendra vite compagnon de Jean Anouilh puis de Jean Vilar au TNP (Théâtre national populaire) et au Festival d'Avignon.

A partir de 1947, on le retrouve aussi au générique de nombreux films mais il devra attendre les années 1960 pour atteindre la notoriété.

Sa voix neutre et posée, son goût pour l'ambiguïté feront merveille dans les films de Claude Chabrol qui l'emploie dans des rôles de notables de province, secrets et dévoyés. Il noue avec ce metteur en scène une complicité durable et jouera dans plusieurs de ses films ("La femme infidèle", "Poulet au vinaigre").

Il joue aussi avec François Truffaut quelques-uns de ses meilleurs films ("La mariée était en noir", en 1967, et "La Sirène du Mississippi" en 1968).

Il triomphe sur scène avec "Le roi se meurt", qu'il joue dès 1994 puis quasiment en continu de 2004 à 2014.