L'environnement, victime silencieuse de la guerre en Ukraine

Les pompiers combattent un feu après une attaque russe à Kharkiv en Ukraine,  le 25 mars 2022.
Les pompiers combattent un feu après une attaque russe à Kharkiv en Ukraine, le 25 mars 2022. Tous droits réservés Efrem Lukatsky/The Associated Press
Tous droits réservés Efrem Lukatsky/The Associated Press
Par Davit Kekenadze
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Ukraine, l'impact du conflit sur la biodiversité et les écosystèmes n'est pas négligeable. Certains dégâts pourraient être irrémédiables.

PUBLICITÉ

L'environnement pourrait lourdement pâtir des combats armés qui font rage en Ukraine.

Le pays est fortement industrialisé avec de nombreuses usines chimiques et métallurgiques.

Incendies, pollutions des sols, radioactivité, les risques sont déjà connus et les dégâts pourraient être irrémédiables.

"D'énormes zones en Ukraine sont touchées. Ces régions ont beaucoup de stocks de déchets dangereux. Si les militaires les détruisent, cela peut entraîner une énorme pollution de l'eau des très grandes rivières. La guerre augmente la probabilité d'incendies de forêt, car c'est le printemps, la période où les animaux donnent naissance à leurs petits. Et en raison de la forte intensité des feux de forêt, cela peut causer des dommages aux personnes, de la pollution atmosphérique, mais aussi affecter la biodiversité" souligne Bohdan Vykhor, directeur exécutif de WWF Ukraine.

La destruction délibérée de la nature et de ses écosystèmes est une autre menace que fait peser une guerre.

C'est ce qui s'est produit en 2008 pendant le conflit entre la Russie et la Géorgie quand d'immenses zones de forêts dans le parc national de Borjomi-Khagarauli ont été détruites par des incendies qui n'étaient pas accidentels.

"_Après toutes ces années, je suis encore plus certain qu'en 2008, les dommages causés à l'environnement étaient intentionnels. par exemple lorsque des navires ont été détruits, et que du fioul s'est déversé et a pollué la mer. _Le plus gros dommage a été, bien sûr, les incendies à Borjomi et dans les gorges d'Ateni. Près de 1 000 hectares ont été endommagés. Le territoire a probablement été frappé avec des bombes incendiaires. A l'époque, il n'était pas aussi facile de tout documenter, les capacités techniques étaient minces" explique Irakli Ghvaladze, ancien ministre de l'environnement et de la protection des ressources naturelles de Géorgie.

Les conflits armés portent atteinte à la nature de nombreuses façons. Lorsque la Russie faisait la guerre en Tchétchénie, les animaux fuyaient dans les montagnes du Caucase.

"L'impact sur les animaux sauvages était évident en Géorgie, dans quelle direction ils allaient, ils migraient... Nous avons observé ce processus, nous avons vu de nos propres yeux ce qui se passait en Géorgie lorsque la Russie faisait la guerre en Tchétchénie, comment ils fuyaient, je ne parle pas seulement des gens" indique Nino Chkhobadze, présidente du mouvement des Verts de Géorgie, les Amis de la Terre.

Le site de Tchernobyl inquiète lui. L'occupation par les forces russes de cette zone dernier rend le contrôle de la radioactivité plus que difficile.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Journée mondiale de l'océan au Brésil : une chaîne humaine géante pour protéger la planète

De la mousse contaminée inquiète les habitants de Mosquera en Colombie

No comment : des missiles russes frappent Tchernihiv en Ukraine, faisant 17 morts