This content is not available in your region

Ukraine : la population reçoit de l'aide de l'étranger mais aussi de l'intérieur du pays

Access to the comments Discussion
Par Sérgio Ferreira de Almeida
euronews_icons_loading
Des bénévoles faisant du pain pour la population dans une boulangerie de la banlieue de Kyiv.
Des bénévoles faisant du pain pour la population dans une boulangerie de la banlieue de Kyiv.   -   Tous droits réservés  Capture d'écran d'un reportage Euronews

En 50 jours de guerre en Ukraine, ce sont près de 270 000 tonnes d'aide humanitaire qui ont été acheminées dans le pays.

Oleksandra Pertivna qui habite à Borodianka ne s'imaginait pas en avoir besoin un jour pour pouvoir nourrir ses petits-enfants. 

_"Nous n'avons pas quitté la ville. _Nous recevons de l'aide humanitaire, et grâce à Dieu nous n'avons pas faim", souligne l'habitante âgée de 70 ans. "Nous sommes bien pour le moment, nous espérons des jours meilleurs", poursuit-elle.

La plupart des habitants de Borodianka se trouve dans la même situation qu'Oleksandra Pertivna. Cette ville est l'un des endroits les plus dévastés du pays suite à l'occupation russe.

En Ukraine, l'aide reçue ne provient pas uniquement de l'étranger. A l'intérieur du pays, toute une chaîne de solidarité s'est mise en place pour aider les plus démunis.

C'est notamment le cas dans une boulangerie de la banlieue de Kyiv dans laquelle notre journaliste s'est rendu. Une partie du lieu est réservée à des bénévoles pour qu'ils puissent faire du pain.

_"Nous faisons du vrai pain traditionnel ukrainien bon et savoureux. Nous en fabriquons pour les hôpitaux, pour l'armée, pour les personnes qui n'ont pas les moyens, _pour les retraités", explique Roman Tereshenko, bénévole dans la boulangerie.

Nourrir la population s'avère tout aussi important que le travail des soldats qui sont en première ligne.

_"Quand vous êtes à l'arrière et que ne pouvez pas tenir une arme, vous cherchez à faire quelque chose d'utile. Tout le monde cherche le moyen d'être utile. Certains aident avec des vêtements, d'autres font du bénévolat ou cuisinent quelque chose. _Nous voulons faire autant de bien que possible", ajoute Roman Tereshenko.

En fabriquant jusqu'à plusieurs centaines de miches de pain par jour, ces bénévoles démontrent qu'ils sont également prêts à se battre jusqu'à la fin de la guerre.