This content is not available in your region

Immigration, retraite, ruralité... 4 électeurs interpellent le/la futur(e) président(e)

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy
4 électeurs français livrent leurs recommandations au futur président de la République
4 électeurs français livrent leurs recommandations au futur président de la République   -   Tous droits réservés  Euronews - Canva

**Si vous aviez le futur président (ou la future présidente) en face de vous, que lui diriez-vous ?
**

Cette question, nous l'avons posée à plusieurs électeurs interrogés durant la campagne électorale, voici leurs réponses en vidéo.

« N'oubliez pas les territoires ruraux »

Loïc est agriculteur en Bretagne. La recommandation qu'il formule au futur président, c'est de ne pas oublier le monde rural, et plus largement, des "territoires les plus éloignés". Autrement dit, le futur locataire de l'Elysée, aux yeux de Loïc, serait inspiré d'éviter que ne se creuse davantage le fossé entre la France des villes et celle des campagnes et des périphéries.

« Occupez-vous sérieusement des retraites »

Michel est à la retraite depuis près de 20 ans. Installé en Auvergne, il souhaite que le futur président s'empare du dossier des retraites et fasse la réforme nécessaire. Tant pis si cela suscite du mécontentement, dit-il.

« Occupez-vous de la France d'abord, avant de vous occupez des autres »

Installé dans le Beaujolais depuis sa retraite, Alain porte un regard pessimiste sur l'évolution de la France. Aussi souhaite-t-il interpeller le futur président sur la préférence nationale, lui demandant d' "arrêter  l'immigration immédiatement".

« Bâtis un plan pour les 50 prochaines années »

Stéphane est informaticien à Strasbourg.
Sa recommandation au président, c'est de laisser de côté toute "posture électoraliste" et de se faire visionnaire en bâtissant un plan pour la France pour les 50 prochaines années.

Le second tour de l'élection présidentielle française a lieu ce dimanche 24 avril.
Il oppose le président sortant Emmanuel Macron à la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen.