La Fête du travail en manifestant : des cortèges et des revendications

Premier-mai 2022 à Marseille
Premier-mai 2022 à Marseille Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier-mai en manifestant : selon qu'on soit en Italie, en France ou en Russie, les cortèges réclament la paix, la justice sociale ou affichent leur soutien à Vladimir Poutine.

PUBLICITÉ

En Italie, le rendez-vous pour la manifestation nationale du Premier-mai était cette année à Assise.

Le secrétaire de la Confédération générale italienne du travail Maurizio Landini s'est exprimé en début de cortège.

Le principal message est qu'il faut arrêter cette guerre absurde voulue par Poutine
Maurizio Landini
secrétaire général de la Confédération générale italienne du Travail

À ses yeux, aujourd'hui, le principal message est "qu'il faut arrêter" la guerre en Ukraine, "cette guerre absurde voulue par Poutine" a-t-il dit.

En France, le défilé de Marseille a donné le départ des manifestations du Premier-mai.

L'intersyndicale CGT-Unsa-FSU-Solidaire place "les questions des salaires (...) de la protection sociale et de l'écologie" au centre des revendications.

En 2021, environ 150 000 personnes avaient manifesté en France le Premier-mai.

En Russie, les partisans de Vladimir Poutine et de ce qu'ils appellent "l'opération spéciale" en Ukraine ont achevé leur périple à travers le pays et, ce premier mai, ils ont déposé à Moscou des fleurs au monument qui commémore la victoire de la Seconde guerre mondiale que les Russes appellent Grande guerre patriotique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Moldavie : les séparatistes de Transnistrie demandent la "protection" de Moscou

Ukraine : les forces russes poursuivent leurs opérations autour d'Avdiivka

Dolph Lundgren, Lindsay Lohan, et d'autres célébrités américaines utilisées à leur insu pour une campagne de désinformation contre la présidente moldave