This content is not available in your region

Sri Lanka : face à la gronde, le président décrète l'état d'urgence

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Un manifestant aux abords du parlement du Sri Lanka, à Colombo, le 6 mai 2022
Un manifestant aux abords du parlement du Sri Lanka, à Colombo, le 6 mai 2022   -   Tous droits réservés  Eranga Jayawardena/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Le président du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa a décrété vendredi l'état d'urgence, pour la deuxième fois en cinq semaines, accordant des pouvoirs étendus aux forces de sécurité afin de faire face aux manifestations antigouvernementales.

Un porte-parole de la présidence a expliqué que le chef de l'Etat prenait cette mesure pour "maintenir l'ordre public" après un mouvement de grève générale organisé le même jour par les syndicats qui exigent sa démission sur fond d'aggravation de la crise économique.

Grève générale

"Le président a fait usage de ses pouvoirs exécutifs pour recourir aux dispositions de l'état d'urgence afin d'assurer le maintien des services essentiels et de l'ordre public", a déclaré le porte-parole.

Vendredi, la police a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser des étudiants qui tentaient d'envahir le parlement en exigeant la démission du président Rajapaksa.

Les transports en commun étaient à l'arrêt, les bureaux déserts, et des millions de travailleurs ont débrayé à l'appel des syndicats.

L'état d'urgence accorde des pouvoirs étendus aux forces de sécurité les autorisant à arrêter des suspects et à les détenir pendant de longues périodes sans supervision judiciaire.

Il autorise également le déploiement de militaires pour maintenir l'ordre, en renfort de la police.

La mobilisation ne faiblit pas

Le président Rajapaksa avait auparavant décrété l'état d'urgence le 1er avril, le lendemain d'une manifestation au cours de laquelle des milliers de protestataires avaient tenté d'envahir sa résidence dans la capitale. Cet état d'urgence avait expiré le 14 avril.

Mais les manifestations contre le président ont repris de plus belle. Des milliers de manifestants étaient rassemblés devant le bureau présidentiel, et des petits groupes tentaient de pénétrer dans les résidences de figures politiques.

Les effectifs policiers, comptant 85 000 hommes, ont renforcé la sécurité autour de tous les députés du parti au pouvoir.

Les protestataires rendent le président et son clan responsables de la crise économique catastrophique que traverse le pays.

Le Sri Lanka traverse sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948 avec des pénuries de carburant, de nourriture et d'autres produits de première nécessité.