This content is not available in your region

L'espoir de retrouver les mineurs s'effondre un mois après leur disparition

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
L'attente au Burkina Faso
L'attente au Burkina Faso   -   Tous droits réservés  Sophie Garcia/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.

Cela fait un mois que les secours s'activent pour retrouver huit mineurs dans une mine de zinc du Burkina Faso. Ils espéraient qu'ils aient pu se rendre dans une chambre de refuge, à 580m sous terre, mais c'est la désillusion :

"Je vous l'affirme, la (deuxième) chambre de refuge a été ouverte devant nous et bien... l’homme propose et Dieu dispose, malgré toutes nos incantations, toutes nos prières, nous avons trouvé une chambre de refuge vide de tout être humain", a déclaré Jean Alphonse Somé, ministre des mines et des carrières.

Mi-avril, des pluies diluviennes ont inondé les galeries souterraines où les mineurs travaillaient à 700 mètres sous terre. Depuis les opérations de pompage se succèdent.

"Les recherches ne sont pas fini et ensemble donc avec la mine, le gouvernement s’est engagé à poursuivre donc les travaux de pompage pour regarder un peu plus bas, plus profond dans les entrailles de la terre,  si nos frères, nos huit frères n’ont pas pu trouver un refuge", a ajouté le ministre. 

La deuxième chambre de refuge vide, c'est un coup de poignard dans le coeur des proches des disparus, c'était leur dernier espoir. Les familles, sur place tous les jours, ont porté plainte contre X pour "tentative d'homicide involontaire", "mise en danger de la vie d'autrui" et "non assistance à personne en danger".