This content is not available in your region

Chaos dans les aéroports : grève prévue à Paris et congestion à Madrid

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
A l'aéroport de Madrid, les contrôles de sécurité
A l'aéroport de Madrid, les contrôles de sécurité   -   Tous droits réservés  Cleared

L'Espagne à son tour rattrapée par le chaos dans ses aéroports. Depuis plusieurs semaines, et une explosion des voyages après deux ans de Covid, les aéroports européens sont perturbés, pour des raisons différentes, mais avec des conséquences identiques, interminables files d'attente, retards, vols manqués. Exemple ce mercredi à Madrid-Barajas : 

 Les passagers racontent avoir attendu parfois une heure aux contrôles, au lieu d'une dizaine de minutes. 

 En cause, le Brexit qui fait des ravages dans les aéroports européens, il exige des contrôles accrus et, par conséquent, davantage de policiers :

"Les touristes britanniques–__et ils sont très nombreux à venir dans notre pays–doivent maintenant passer par un processus beaucoup plus long en devant faire tamponner leur passeport. La police est ce qu'elle est, les médias sont ce qu'ils sont et nous ne pouvons pas nous dédoubler", explique Pablo Perez, porte-parole du syndicat de police JUPOL.

 500 policiers seront déployés dans les 12 aéroports espagnols les plus fréquentés. En 2019, 18 millions de vacanciers étaient arrivés du Royaume-Uni.

 Isabel Rodríguez, la porte-parole du gouvernement, affirme que "jusqu'à 200 nouveaux policiers vont aller à l'aéroport de Madrid précisément pour répondre à ces mois d'été exceptionnels avec le plus grand afflux de voyageurs dans nos aéroports."

L'aéroport de Paris-Charles de Gaulle est lui aussi contraint d'annuler un quart des vols prévus ce jeudi matin en raison d'une grève des personnels de l'aéroport. Ils réclament 300 euros de hausses de salaire. Le syndicat FO estime à 15 000 le nombre d'emplois perdus en deux ans dans le secteur aérien en raison de la pandémie de Covid-19, ce qui aboutit à des "salariés pressurisés". Les aéroports manquent de personnel et peinent à en trouver.