EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Dans cette entreprise, les employés peuvent arriver tard, partir tôt ou tout simplement ne pas venir

Des employés de Velvet Media Italia
Des employés de Velvet Media Italia Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Luca Palamara avec euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans cette entreprise italienne, nous sommes bien loin de la position d'Elon Musk sur le télétravail. Ici, les employés peuvent arriver tard, partir tôt ou tout simplement ne pas venir.

PUBLICITÉ

Chez Velvet Media Italia, il n'y a pas d'horaires de bureau parce que les employeurs prônent un environnement de travail détendu et flexible.

Cette agence de marketing du nord de l'Italie a décidé de ne pas imposer de règles de travail strictes à ses 150 employés. L'entreprise, dirigée par Bassel Bakdounes, affirme avoir une approche du travail basée sur les qualités des individus.

"Je pense que la créativité découle d'un bien-être intérieur : lorsqu'on vit dans un climat d'anxiété et de stress, on a tendance à être moins productif, notamment en termes de qualité de la production", explique à Euronews Bassel Bakdounes, le PDG de Velvet Media Italia. 

Dans cette entreprise italienne, nous sommes bien loin de la position d'Elon Musk sur le télétravail. Dans une note envoyée par mail aux employés, le patron de Tesla leur avait demandé de revenir au bureau ou de quitter l'entreprise.

euronews
Bassel Bakdounes, PDG de Velvet Media Italiaeuronews

"L'heure à laquelle les gens travaillent est sans importance pour nous"

"Nous travaillons en fonction des objectifs plutôt que des heures de bureau. Chacun sait qu'il a un certain nombre d'activités à réaliser pour satisfaire au mieux nos clients et qu'il est tenu de respecter des délais bien définis. Pour nous, l'heure exacte à laquelle les gens commencent à travailler est tout simplement sans importance", déclare le directeur général de Velvet Media Italia, Stefano Negroni.

Les employés peuvent donc arriver tard, partir tôt ou tout simplement ne pas venir et c'est leur patron qui leur demande de travailler comme ça, du moment qu'ils apportent leur précieuse contribution à l'entreprise.

"Nous ne sommes pas tenus de respecter des règles strictes, comme pointer à 9 heures du matin et partir à 18 heures. Depuis toujours nous nous sommes organisés en fonction de nos engagements. Maintenant ce système est plus clair et bien développé : cela apparaît comme une évolution naturelle dans notre entreprise", dit Federica De Sisto, responsable de projet chez Velvet Media Italia. 

Envisager d'acheter le temps des gens est un héritage culturel anachronique qui ne peut plus être au cœur de l'entreprise.
Bassel Bakdounes
PDG de Velvet Media Italia

"Nous préférons acheter la créativité, plutôt que du temps"

Pour le patron, "envisager d'acheter le temps des gens serait un héritage culturel anachronique qui ne peut plus être au cœur de l'entreprise". Bassel Bakdounes dit "préférer acheter la créativité des gens et leur capacité à travailler en équipe".

Selon lui, lorsque les employés sont réellement placés au centre du projet, atteindre les objectifs et obtenir la satisfaction des clients, devient une source de motivation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Deliveroo condamné en France à une amende de 375 000 euros pour travail dissimulé

Difficultés d'accès au marché du travail pour les personnes handicapées en Europe

Vives réactions en Grèce après le passage à la semaine de travail de six jours