PUBLICITÉ

Neuf pays veulent un renforcement du flanc oriental de l'Otan

À gauche, les présidents polonais (Duda), lituanien (Nauseda) et roumain (Iohannis). À droite, Vladimir Poutine
À gauche, les présidents polonais (Duda), lituanien (Nauseda) et roumain (Iohannis). À droite, Vladimir Poutine Tous droits réservés AP et POOL EPA
Tous droits réservés AP et POOL EPA
Par Stephane HamalianEuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face à la Russie, ces pays d'Europe de l'Est souhaitent un renforcement du flanc oriental de l'OTAN.

PUBLICITÉ

Les dirigeants de neuf pays d'Europe centrale et de l'Est se sont réunis vendredi à Bucarest pour demander un renforcement du flanc oriental de l'Otan face à l'agression russe en Ukraine, à moins de trois semaines d'un sommet de l'Alliance prévu fin juin à Madrid.

"Face aux risques accrus pour la sécurité en Roumanie et en mer Noire, consolider l'Otan sur son flanc est (...) devient d'autant plus urgent et crucial", a déclaré le président roumain Klaus Iohannis en ouvrant la réunion, co-présidée par son homologue polonais Andrzej Duda.

Le sommet de l'Alliance atlantique dessinera "une vision à long terme, à travers son nouveau concept stratégique, en mettant la défense collective et l'article 5 (de son traité, NDLR) au coeur des actions", a-t-il souligné, prônant "un renforcement de la posture de dissuassion et de défense", pour répondre "aux menaces engendrées par la Russie".

L'article 5 de ce traité stipule que si un pays de l'Otan est victime d'une attaque armée, chaque membre de l'Alliance considérera cet acte de violence comme une attaque armée dirigée contre l'ensemble des membres et prendra les mesures qu'il jugera nécessaires pour venir en aide au pays attaqué.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, qui avait annoncé sa participation à la réunion de Bucarest, a été contraint de l'annuler en raison de problèmes de santé, mais devait toutefois rejoindre en ligne les débats.

Les chefs d'Etat des neuf pays représentés - Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie et Slovaquie - doivent également se pencher sur l'impact de l'invasion russe sur la sécurité des "partenaires vulnérables" de l'Alliance, dont la Moldavie et la Géorgie.

Lors d'une conversation téléphonique avec M. Duda mercredi, le président américain Joe Biden a réaffirmé "l'engagement des Etats-Unis en faveur de la sécurité (...) du flanc oriental de l'Otan" et souhaité que la réunion de Bucarest soit "couronnée de succès".

En 2017, l'Otan avait déjà déployé des groupements tactiques multinationaux dans les Etats baltes et en Pologne pour dissuader la Russie, puis envoyé des renforts après l'invasion russe de l'Ukraine fin février.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Céréales bloquées en Ukraine : Kyiv demande l'exclusion de la Russie de la FAO

Les travailleurs de la santé ont manifesté en Roumanie

La coalition au pouvoir en Roumanie annonce la fusion des élections européennes et locales