This content is not available in your region

L'UE annonce le déblocage de plus de 200 millions d'euros destinés aux Palestiniens

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh, accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en Cisjordanie, 14 juin 2022.
Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh, accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en Cisjordanie, 14 juin 2022.   -   Tous droits réservés  AP

Lors de sa première visite officielle en Cisjordanie, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé le déblocage de plus de 200 millions d'euros de fonds européens destinés à venir en aide aux Palestiniens.

Bruxelles ajoutera une enveloppe de 25 millions d'euros pour "renforcer la sécurité alimentaire" qui est menacée à cause de la guerre en Ukraine.

"L'agression russe a un impact dévastateur sur les prix des denrées alimentaires et sur l'approvisionnement en énergie. La Palestine est en effet dépendante des importations de céréales ukrainiennes, comme de nombreux autres pays vulnérables dans le monde", dit Ursula von der Leyen. 

Un différend de longue date impliquant la Commission, le Parlement européen et les États membres a effectivement bloqué la mise en oeuvre du programme d'aide financière 2021 destiné à l'Autorité palestinienne.

L'enveloppe, évaluée à plus de 200 millions d'euros, sert à payer les salaires et les pensions de certains fonctionnaires en Cisjordanie, à soutenir les hôpitaux et à fournir une aide aux ménages vulnérables.

Face au "chantage" gazier de Moscou, l'UE se tourne vers Israël

L'Union européenne veut "renforcer" sa coopération énergétique avec l'Etat hébreu en réponse au "chantage" de la Russie, qui a coupé ses livraisons de gaz à des pays européens, a soutenu en Israël la présidente de la Commission européenne. 

"Le Kremlin a utilisé notre dépendance aux énergies fossiles russes pour nous faire du chantage (...) la Russie a délibérément coupé ses approvisionnements de gaz à la Pologne, la Bulgarie et la Finlande, à des entreprises néerlandaises et danoises en représailles à notre soutien à l'Ukraine", a-t-elle accusé.  

AP
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Jérusalem, 14 juin 2022.AP

Mario Draghi aussi est en Israël

En visite aussi en Israël, le Premier ministre italien Mario Draghi, soucieux de réduire la dépendance au gaz russe, a plaidé pour une coopération gazière bilatérale. Mais le dirigeant italien n'a pas donné de détails sur la route que pourrait emprunter le gaz israélien pour rejoindre Rome.

"Sur le plan énergétique, nous travaillerons ensemble pour l'exploitation des ressources gazières en Méditerranée orientale et au développement des énergies renouvelables. Nous voulons réduire notre dépendance au gaz russe et accélérer la transition énergétique pour atteindre les objectifs climatiques que nous nous sommes fixés", explique le dirigeant italien.

Israël, une des alternatives au gaz russe ?

Israël travaille d'arrache-pied pour pouvoir exporter une partie de ses vastes ressources gazières en mer vers l'Europe, qui cherche à remplacer les achats de combustibles fossiles russes depuis l'invasion de l'Ukraine fin février et les sanctions contre Moscou.

Découvert en 2010 au large d'Israël, le gisement gazier offshore Léviathan est l'un des plus grands au monde. Avec plus de 500 milliards de m3 de gaz naturel, Israël pourrait être une sérieuse alternative à la Russie.