This content is not available in your region

Les Israéliens vont sans doute devoir retourner aux urnes

Access to the comments Discussion
Par Vincent Ménard  avec AFP
euronews_icons_loading
Yaïr Lapid et Naftali Bennett, un fauteuil (de Premier ministre) pour deux
Yaïr Lapid et Naftali Bennett, un fauteuil (de Premier ministre) pour deux   -   Tous droits réservés  Abir Sultan/ABIR SULTAN

Le Parlement israélien devrait être prochainement dissout et les électeurs appelés aux urnes pour la cinquième fois en moins de quatre ans.

C'est ce qu' a annoncé dans la soirée Naftali Bennett, qui est à la tête d'une coalition rassemblant des partis de droite, du centre, de gauche et une formation arabe.

Si ce scénario se confirme, il devrait céder son fauteuil de Premier ministre à Yaïr Lapid en vertu d'un accord conclu l'an passé.

Ce pacte leur avait permis de mettre fin au règne de Benjamin Netanyahou, qui dirigeait le gouvernement depuis douze ans.

Son parti, le Likoud, est déjà donné gagnant par les instituts de sondage et le principal intéressé dit vouloir réunir "une majorité de droite dans un gouvernement stable et fort".

Ces nouvelles élections sont motivées par des dissensions au sein de la coalition au sujet du renouvellement de la loi permettant à 475 000 colons israéliens de vivre en Cisjordanie occupée. 

Avec l'expiration de cette loi au 30 juin prochain, Nafatli Bennett assure qu'Israël "risquait de sérieux problèmes sécuritaires et un chaos légal".