PUBLICITÉ

Crise du gaz en Allemagne : "le niveau d'alerte" activé face à la chute des livraisons russes

Le ministre de l'Économie Robert Habeck lors d'une conférence de presse à Berlin, le 23/06/2022
Le ministre de l'Économie Robert Habeck lors d'une conférence de presse à Berlin, le 23/06/2022 Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre allemand de l'économie dénonce une "attaque économique" de la part de Moscou. Les livraisons de Gazprom, via Nord Stream, ont baissé de 60% depuis la semaine dernière

PUBLICITÉ

"Nous sommes dans une crise gazière. Le gaz est désormais une ressource rare", déclaration du ministre allemand de l'économie. Face à la baisse drastique des livraisons russes, le gouvernement a activé le "niveau d'alerte", deuxième phase d'un plan d'urgence qui en compte trois.

La troisième et dernière étape de ce plan basé sur un modèle de l'Union Européenne, le "niveau d'urgence", permettrait à Berlin d'organiser un rationnement afin répartir les volumes entre particuliers, administrations, industries.

"Confrontation économique avec la Russie"

Les autorité pourront "soutenir" les acteurs du marché pour sécuriser les approvisionnements et faire face aux prix élevés.

"Nous sommes dans une confrontation économique avec la Russie. Le gaz, l'énergie sont utilisés comme une arme contre l'Allemagne. De mon point de vue, il s'agit de détruire ce qui a distingué notre pays au cours des dernières semaines et des derniers mois, et ce qui a distingué l'Europe, à savoir une grande unité, une grande solidarité avec l'Ukraine, et une volonté majeure de payer un prix élevé pour la défense de la liberté", Robert Habeck, ministre allemand de l'économie.

Depuis la semaine dernière, les livraisons via le gazoduc Nord Stream ont baissé de 60%. Si Berlin dénonce une "décision politique", Gazprom avance des problèmes de maintenance.

Ce jeudi, le Kremlin a réagi en qualifiant d"étranges" les accusations de l'Allemagne. "Nos partenaires allemands sont parfaitement au courant des cycles de révision (...) alors c'est vraiment étrange de vouloir qualifier ça de politique", a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le gouvernement allemand multiplie les appels pour économiser la ressource. Un recours accru au charbon avait déjà été annoncé. Depuis le début de la guerre, Berlin cherche aussi de nouvelles sources d'approvisionnement, tel que le gaz liquéfié américain ou qatari.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaz russe : l'arrêt temporaire de Nord Stream 1 inquiète l’Europe

Espionnage pour le compte de la Chine: arrestations en Allemagne et Royaume Uni

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg