Commémorations de la rafle du Vel d'Hiv': des dessins de Cabu exposés pour la 1ère fois

Illustration de la rafle du Vel d'Hiv' de Cabu.
Illustration de la rafle du Vel d'Hiv' de Cabu. Tous droits réservés screengrab FRFT/EBU
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans le cadre des célébrations des 80 ans de la rafle du Vel d’Hiv, le Mémorial de la Shoah accueille une exposition de dessins de Cabu relatant la tragédie des 16 et 17 juillet 1942. Publiés en 1967, ces croquis n’avaient jamais été exposés.

PUBLICITÉ

Ce sont des dessins inédits de Cabu qui arrivent au Mémorial de la Shoah à Paris: 16 planches à l’encre noire et à la gouache, qui racontent la peur et le désespoir de la rafle du Vel d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942… Une commande de la revue « Le Nouveau Candide » en 1967, que Cabu réalise à 29 ans. 

Une histoire occultée pendant longtemps

Quand paraît le livre de Claude Lévy et Paul Tillard, c’est un choc pour de nombreux Français. 25 ans après les faits, les auteurs retracent grâce à des documents et surtout des témoignages, le déroulement de la rafle des Juifs de Paris et de banlieue : plus de 13 000 personnes, adultes et enfants, dont 8000 seront entassés au Vélodrome d’Hiver, avant leur transfert vers les camps de transit. Les auteurs pointent du doigt le rôle de la police française et du gouvernement de Vichy dans cette funeste entreprise d’épuration, qui mena la plupart des déportés à la mort.

Une révélation pour l’opinion publique qui découvre qu’on est bien loin de l’histoire officielle, comme le souligne Laurent Joly, historien et auteur de La Rafle du Vel d’Hiv : Paris, juillet 1942 : "Vous allez continuer à voir jusque dans les années 80, des livres grand public, des manuels scolaires qui vous disent que la rafle du Vel d’Hiv c’est la Gestapo, ce sont les soldats allemands (…) Cabu fait vraiment le choix, presque militant, de ne représenter que des policiers français, parce que c’est la vérité historique".

Cette exposition gratuite vise tous les publics, pour ne rien oublier… 80 ans après.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"La France a perdu un peu de son âme" Elisabeth Borne rend hommage aux victimes du Vél d'Hiv

Rafle du Vel d'Hiv : Macron réaffirme la responsabilité de la France

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton