This content is not available in your region

Italie : l'avenir de Mario Draghi se jouera au Parlement ce mercredi

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le Premier ministre italien Mario Draghi, à Rome, vendredi 15 juillet.
Le Premier ministre italien Mario Draghi, à Rome, vendredi 15 juillet.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Gregorio Borgia

Mario Draghi doit prononcer un discours devant le Parlement ce mercredi et le débat qui suivra permettra de déterminer s'il reste en poste.

Le Premier ministre italien avait proposé sa démission la semaine dernière, après le boycott d’un vote important au Senat du populiste Mouvement 5 étoiles, membre de sa coalition.

Mais le président italien Sergio Mattarella a pour l’instant refusé d'accepter la démission de Draghi.

Si tous les partenaires de la coalition parviennent à un accord, "le gouvernement pourra se maintenir en repartant sur une nouvelle dynamique", estime Gaetano Azzariti, professeur de droit constitutionnel à l'université La Sapienza de Rome.

Si cela ne se produit pas, le professeur Azzariti affirme qu'il appartiendra à Mattarella de décider de la prochaine étape.

Cela pourrait se traduire par une tentative de former un nouveau gouvernement avec un autre Premier ministre ou par des élections générales.

Contrairement à de nombreuses crises politiques précédentes en Italie, que de nombreux citoyens ont ignorées, cette fois-ci, de nombreux Italiens implorent Draghi de rester.

Une pétition en ligne intitulée "Draghi, reste", lancée par l'ancien Premier ministre Matteo Renzi, avait recueilli plus de 100 000 signatures lundi soir.

Des centaines de citoyens et de responsables politiques ont participé à des rassemblements en faveur de Draghi sur les places publiques de Rome, Milan et d'autres villes.

Un millier de maires, de bords politiques rivaux, ont signé une lettre ouverte à Draghi l'exhortant à rester.

Plusieurs groupes de pression, dont un groupe de médecins inquiets d'un éventuel vide gouvernemental dans un contexte de recrudescence des infections de Covid-19, ont également lancé des appels à rester.