This content is not available in your region

Incendies en Europe : les feux touchent la Grèce, l'Espagne et la République tchèque

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Incendie près du village de Krestena au sud de l'Ancienne Olympie, dans le sud-ouest d'Athènes, dimanche 24 juillet 2022.
Incendie près du village de Krestena au sud de l'Ancienne Olympie, dans le sud-ouest d'Athènes, dimanche 24 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Giannis Spyrounis (Giannis Spyrounis/ilialive.gr via AP)

Les fortes chaleurs et les incendies continuent de frapper plusieurs pays européens.

Grèce

La Grèce lutte dimanche contre trois importants incendies de forêts dans le nord, le sud et l'est obligeant à évacuer touristes et habitants, et craint de nouveaux sinistres en raison de la vague de chaleur qui s'est abattue sur le pays.

Sur l'île de Lesbos, près des côtes turques, quelque 200 personnes ont été évacuées dimanche midi du village de Vryssa, où le feu se trouve à environ 500 mètres des habitations, a déclaré le maire adjoint de l'ouest de Lesbos, Andreas Aksis à la radio Skai. 

Depuis samedi, la Grèce est touchée par une vague de chaleur prévue pour durer dix jours et des températures de 42°C sont attendues dans certaines régions, faisant craindre d'autres incendies.

Dans le nord du pays, plus de 300 pompiers, assistés par des volontaires, continuent de lutter pour le quatrième jour consécutif contre un violent incendie dans le Parc national Dadia, le plus grand site Natura 2000 de Grèce, connu pour sa colonie de vautours.

Le feu, exceptionnellement difficile, selon le porte-parole des pompiers Yiannis Artopoios, a forcé les autorités à évacuer le village de Dadia samedi soir. Il a déjà détruit près de 500 hectares de forêt.

A l'ouest de la péninsule du Péloponnèse, dans l'Elide, un feu qui a démarré samedi après-midi près de Krestina a entraîné l'évacuation des villages de Krestina, Makrissia et Skilountia.

La multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Espagne

La vague de chaleur qui s'est abattue sur l'Espagne depuis le 9 juillet n'en finit pas.

Malgré quelques jours de répit très relatif où les températures sont brièvement repassées en dessous de 40 degrés, le pays est en proie à une canicule qui dure depuis deux semaines.

Cet épisode se traduit par des températures suffocantes avec des maximales au-dessus de 36 degrés dans la quasi totalité du pays, à l'exception du nord-ouest, selon les prévisions de l'agence météorologique nationale (Aemet).

La région de Cordoue, en Andalousie, dans le sud, est celle où les températures devraient être les plus hautes avec 45 degrés prévus. C'est dans cette région qu'avait été enregistré en août 2021 le record absolu de température en Espagne avec 47,4 degrés à Montoro.

En raison de cette canicule, couplée au déficit de précipitations dans la péninsule ibérique depuis le début de l'année, un risque "extrême" d'incendie existe dans l'ensemble du pays, selon Aemet.

A Tenerife, dans l'archipel des Canaries, un feu de forêt a ainsi emporté 2 156 hectares et entraîné l'évacuation de près de 600 personnes, ont indiqué samedi soir les services de secours.

Depuis le début de l'année, plus de 200 000 hectares ont déjà brûlé en Espagne, selon le système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS), en faisant le pays le plus touché du continent par les incendies. 

République tchèque

Les pompiers ont déclaré ce dimanche le plus niveau d'alerte au feu en raison d'un incendie de forêt qui s'est déclaré dans le parc national de la région naturelle de Suisse tchèque.

Royaume-Uni

Les pompiers de Londres ont été mobilisés dimanche contre trois incendies de végétation liés aux températures élevées et au vent autour de la capitale britannique, tandis qu'un quatrième fait rage dans le Surrey proche.

Ces incendies surviennent quelques jours après que le Royaume-Uni a enregistré mardi son record historique de chaleur, avec 40,3°C relevés à Coningsby, un village du nord-est de l'Angleterre.

Selon le gouvernement, les pompiers ont connu ce jour-là avec la multiplication des incendies leur journée la plus chargée depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Au moins soixante habitations avaient été détruites par les flammes mardi, dont 41 dans l'agglomération de Londres.