This content is not available in your region

Science, génome et médecine du sport au Qatar : la recherche en pleine révolution

Par Miranda Atty
euronews_icons_loading
Qatar 365
Qatar 365

Ce numéro de Qatar 365 lève le voile sur trois programmes en pleine progression en matière de recherche scientifique : l'échantillonnage d'ADN de la Biobank, le projet génome Qatar (Qatar Genome Project - QGP) et une installation qui révolutionne le traitement des blessures des sportifs de haut niveau.

Aspetar, un acteur de premier plan dans la recherche en médecine du sport

Depuis l'ouverture de ses portes au cœur de la ville sportive de Doha en 2007, Aspetar a traité certains des plus grands noms du sport. Reconnu au niveau international comme un centre de recherche de pointe en médecine du sport, il mêle recherche et nouvelles technologies.

Cet hôpital dispose d'un large éventail de ressources, notamment des laboratoires d'évaluation du mouvement et des services d'hydrothérapie, de physiothérapie et de rééducation. Il compte aussi des salles d'opération et de chirurgie sportive, des services dentaires et des installations de fitness.

Le Dr Jamal al Khanji, responsable des retours sur expérience des patients d'Aspetar, explique que le centre a été pensé pour les athlètes d'élite.  

"Nous voulons que ces sportifs de haut niveau se sentent ici comme chez eux. Si vous entrez dans Aspetar, vous remarquerez que ce centre s’apparente plus à un grand gymnase ou un centre d’entraînement qu’à un hôpital", dit-il.

Le Dr Rod Whitely, physiothérapeute à Aspetar, a assisté à de nombreux changements technologiques dans le monde du sport depuis qu'il a commencé à traiter les athlètes.

"Il y a plus de 30 ans, lorsque j'ai commencé à faire ce métier, nous n'avions presque que nos yeux pour évaluer les mouvements des athlètes et essayer de deviner où les différentes charges appuyaient sur leurs articulations, leurs muscles et leurs ligaments", raconte-t-il.

Grâce aux données scientifiques, les preuves viennent désormais étayer les suppositions.

L'essor de la médecine de précision

La Qatar Biobank utilise les données des patients pour fournir aux professionnels de santé toutes les informations nécessaires à la personnalisation des soins.

Elle a été lancée en 2012 pour permettre aux scientifiques locaux de mener des recherches médicales sur les problèmes de santé prévalents au Qatar, comme le diabète, le cancer et l'obésité.

Les patients remplissent des questionnaires médicaux. Leurs échantillons de sang et d'ADN sont ensuite prélevés et expertisés tous les cinq ans. Cela permet aux scientifiques de constater si les méthodes de prévention fonctionnent.

Qatar Biobank.
euronewsQatar Biobank.

La directrice de la Qatar Biobank, le Dr. Nahla Afifi, explique : "Cet établissement contribue à fournir aux médecins et aux pathologistes les bons outils de diagnostic".

Nous voyons la biobank comme un pilier dans la mise en œuvre de la médecine de précision au Qatar
Dr Nahla Afifi
Directrice de la Qatar Biobank

Cartographier nos génomes

L'un des projets auxquels la Biobank a contribué est le Projet génome Qatar (QGP), une initiative révolutionnaire de séquençage de génomes. Le QGP a permis de séquencer 32 000 génomes depuis 2015.

Le séquençage des génomes est essentiel pour comprendre la prédisposition d'un individu pour certaines maladies. Il permet d'identifier une mutation ou un gène impliqué dans une maladie et d’établir par exemple le pronostic de maladies génétiques rares. 

Le Dr. Said Ismail, directeur du QGP, souligne l'importance de la diversité des informations génomiques : "Jusqu'à présent, nous pouvons dire que plus de 95 % des données disponibles proviennent d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord, d'Européens de race blanche. Vous ne pouvez pas prétendre avoir compris le génome humain si vous n'étudiez pas des groupes représentatifs du monde entier."

Dr. Said Ismail, directeur du Projet génome Qatar (QGP)
euronewsDr. Said Ismail, directeur du Projet génome Qatar (QGP)

QGP organise également des ateliers sur le génome pour les enfants. 

"L'idée est essentiellement d'encourager la prochaine génération de généticiens ici au Qatar. La convaincre de se lancer dans la science n'est pas une tâche facile", estime le Dr Ismail.

Un regard tourné vers l’avenir

Alors que le Qatar se rapproche de la Coupe du monde de la FIFA 2022, les cliniques scientifiques comme Aspetar sont en première ligne pour traiter les blessures sportives à l'aide de technologies scientifiques de pointe.

La Biobank a recueilli des échantillons de plus de 27 000 Qataris et résidents de longue date, mais elle a la capacité de stocker plus de 2 300 000 échantillons. Son travail avec les patients malades du COVID-19 a constitué une étape essentielle pour que les soins de santé locaux et régionaux soient davantage axés sur la prévention.

Plus tôt cette année, le Projet génome Qatar a annoncé un partenariat avec Thermo Fisher Scientific, qui vise à accélérer la recherche génomique et les applications cliniques de la génomique prédictive dans le pays.

Dans l'ensemble, la recherche scientifique menée au Qatar - que ce soit dans le domaine du sport, de la médecine de précision ou de la génétique - vise à avoir des effets tangibles à long terme.