This content is not available in your region

La Russie brûlerait de grandes quantités de gaz faute d'exportations et de capacités de stockage

Access to the comments Discussion
Par Etienne Paponaud
euronews_icons_loading
La torche du site gazier russe de Gazprom à Portovaya, situé près de la frontière avec la Finlande, le 26 août 2022.
La torche du site gazier russe de Gazprom à Portovaya, situé près de la frontière avec la Finlande, le 26 août 2022.   -   Tous droits réservés  Heikki Saukkomaa/Lehtikuva

Des experts affirment que le site gazier de Portovaya situé en Russie près de la frontière avec la Finlande, brûlerait chaque jour des milliers de mètres cube de gaz, pour une valeur estimée à environ 10 millions d’euros. L'analyse du bureau d’études norvégien spécialiste des questions énergétiques Rystad Energy estime à 4,34 millions de mètres cubes de gaz brûlés par torchage quotidiennement. Ce gaz provient d'une nouvelle usine de gaz naturel liquéfié (GNL) située au nord-ouest de Saint-Saint-Pétersbourg.

Les scientifiques s'inquiètent des grandes quantités de dioxyde de carbone et de suie qu'elle produit, qui pourraient aggraver la fonte des glaces arctiques. Les premiers rejets par combustion de gaz sur le site ont été observés par des Finlandais qui ont aperçu la grande flamme à l’horizon au début de l’été.

Portovaya est situé à proximité d'une station de compression au départ du gazoduc Nord Stream 1, qui transporte le gaz sous la mer jusqu'en Allemagne. Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine lancée en février dernier et les sanctions occidentales qui s'en sont suivies, les livraisons via le Nord Stream 1 ont été très fortement réduites. Berlin y voit un geste politique, tandis que Gazprom évoque des problèmes techniques.

En avril dernier, l'union des industriels russes avertissait que faute d'exportations et en l'absence de capacités suffisantes de stockage, les producteurs de gaz n'auraient d'autre choix que d'augmenter considérablement les quantités d'hydrocarbures brulées. L’Europe connaît actuellement une flambée des prix de l’énergie et se prépare à des restrictions l’hiver prochain pour se passer totalement du gaz russe.