This content is not available in your region

Avec le pass transport à 9 euros, les punks affluent sur l'île allemande de Sylt

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Punks
Punks   -   Tous droits réservés  DAVID GANNON/AFP

On la surnomme la Deauville allemande. Mais depuis près de trois mois, la très chic île de Sylt, en mer du Nord, attire des visiteurs que l'on n'attendait pas.

Près d'une centaine de punks venu du continent ont installé tentes et duvets et comptent bien rester encore un moment.

Serdar Otto, porte-parole des punks explique la démarche : "Il s'agit d'une sorte de protestation. Nous essayons d'attirer l'attention sur le problème du capitalisme. Cette île est faite pour les riches, tout le monde devrait pouvoir venir". 

Cet été les allemands ont pu emprunter les réseaux de transport régionaux du pays pour neuf euros par mois seulement. Il n'en fallait pas plus pour convaincre ces groupes de punks. Mais l'idée n'est pas au goût de tous. 

"Ils n'ont pas leur place ici"

Irmi Allwardt est de passage à Sylt pour visiter : "Je n'aime pas quand ils sont si nombreux. Ils n'ont pas leur place ici."

"Sur la place de notre petite mairie, les personnes âgées avaient l'habitude de pouvoir s'asseoir en toute tranquillité. Maintenant, les punks ont pris leur place. C'est sale et dégoûtant." insiste Ruth Mandic habitante de l'île. 

Mais la station balnéaire devrait vite retrouver son côté bon chic bon genre avec la fin du pass à neuf euros ce mercredi.