This content is not available in your region

Mort de Mikhaïl Gorbatchev : les habitants de son village lui rendent hommage

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Les obsèques de Mikhaïl Gorbatchev le 2 septembre 2022 à Moscou.
Les obsèques de Mikhaïl Gorbatchev le 2 septembre 2022 à Moscou.   -   Tous droits réservés  Alexander Zemlianichenko/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Il a beau avoir passé une grande de sa carrière à Moscou, dans son village de Privolnoye dans le sud de la Russie, le dernier dirigeant de l'Union soviétique a laissé une trace indélébile. Suite à sa mort le 30 août, les derniers camarades de Mikhail Gorbatchev vantent ses engagements dès son plus jeune âge. A l'instar de Maria Ignatova qui a été dans sa classe à l'adolescence. "À l'âge de 18 ans, lors d'une réunion de l'école, il a reçu l'ordre du Drapeau rouge du Travail. Enjoué, intelligent, cultivé, actif, il participait beaucoup pour notre école, il participait aussi à des représentations artistiques, il était aussi le secrétaire de la Komsomol, l'organisation de la jeunesse du Parti communiste.", se souvient aujourd'hui cette nonagénaire.

Si Mikhaïl Gorbatchev est incontestablement une figure politique contestée dans son pays pour ses réformes impopulaires et son manque de fermeté face à la chute de l'URSS, dans son village d'origine, son parcours est encore félicité par beaucoup. Le maire de Privolnoye voit en lui un homme toujours prêt à intervenir pour sa commune, "Il a beaucoup aidé le village quand on le lui demandait. Le maire avant moi s'adressait aussi à lui. Avant cela, il a aidé à construire l'église près d'ici et régler ses problèmes de coupoles", témoigne Sergei Bukhtoyarov.

Mikhail Gorbatchev est décédé à 91 ans des suites d'une longue maladie. Ses funérailles dans la capitale russe samedi 3 septembre ont réuni des milliers de personnes mais ont été remarquées pour l'absence du président Vladimir Poutine. De plus contrairement à d'autres dirigeants morts avant lui comme Boris Eltsine, aucun jour de deuil national n'a été décrété.

Un signe flagrant de l'héritage controversé laissé par l'ancien homme d'Etat, plus de 30 ans après la fin de l'empire soviétique.