EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'euro, déstabilisé par la guerre en Ukraine, descend à un taux historique

Lundi 5 septembre, un euro valait un peu moins d'un dollar américain.
Lundi 5 septembre, un euro valait un peu moins d'un dollar américain. Tous droits réservés Virginia Mayo/AP2011
Tous droits réservés Virginia Mayo/AP2011
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La monnaie européenne souffre des incertitudes sur l'économie de l'UE après la fermeture du gazoduc russe Nord Stream 1, dont dépendent de nombreux Européens pour leur fourniture en énergie.

PUBLICITÉ

L'Euro a de nouveau plongé en dessous du niveau du dollar ce lundi. Affaibli par la guerre en Ukraine. Un euro valait moins de 99 cents, sa valeur la plus basse depuis 20 ans.

La monnaie européenne souffre des incertitudes sur l'économie de l'UE après la fermeture du gazoduc russe Nord Stream 1, dont dépendent de nombreux Européens pour leur fourniture en énergie. 

La compagnie russe Gazprom a justifié cette fermeture par des travaux de maintenance sur le pipeline. Des travaux jugés injustifiés au vu de l'état des turbines, estime l'entreprise allemande Siemens Energy. Une forme de chantage à l'énergie qui vient déstabiliser l'économie européenne.

Alors que l'Euro plonge, outre-Atlantique, le dollar américain se maintient grâce à son statut de valeur refuge et l'attente d'une resserrement de la politique monétaire par la banque centrale américaine, la FED.

Avec moins de marge de manœuvre étant donné le risque de récession, la Banque centrale européenne (BCE) devrait se rassembler ce jeudi pour relever les taux d’intérêts et tenter de réduire l'inflation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine demande à l'UE de renforcer son aide financière et militaire

Parité : un euro pour un dollar, une première depuis le 1er janvier 2002

Pourquoi la Turquie refuse-t-elle catégoriquement d'augmenter ses taux directeurs ?