Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Funérailles de la reine : les présents et les absents

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AFP, AP
A g. les dirigeants absents // à dr. : les dirigeants présents
A g. les dirigeants absents // à dr. : les dirigeants présents   -   Tous droits réservés  AP Photo

Des centaines de dignitaires étrangers et têtes couronnées sont à Londres pour les funérailles d'Etat de la reine Elizabeth II, un casse-tête sécuritaire et diplomatique, entre privilèges accordés à certains et invités controversés.

L'abbaye de Westminster ne pouvant accueillir qu'environ 2 000 personnes, seuls les chefs d'Etat et un ou deux invités par pays auraient été conviés aux premières obsèques nationales du Royaume-Uni depuis 1965.

Les alliés aux premiers rangs

Parmi les dirigeants présents figurent naturellement les alliés traditionnels du Royaume-Uni :

- le président américain Joe Biden et son épouse Jill

- le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte

- le président allemand Frank-Walter Steinmeieret le chancelier allemand Olaf Scholz

- le président italien Sergio Mattarella

- le chef du gouvernement irlandais Micheal Martin

Les fidèles du Commonwealth

Plusieurs dirigeants des pays du Commonwealth ont fait le déplacement jusqu'à Londres pour assister aux funérailles de la reine.

- le Premier ministre canadien, Justin Trudeau

- le Premier ministre australien, Anthony Albanese

- la Première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern

- la présidente indienne Droupadi Murmu

Les familles royales

De nombreuses têtes couronnées ont confirmé leur présence aux funérailles de la souveraine, qui a régné pendant plus de 70 ans.

Seront présents :

- l'empereur Naruhito et l'impératrice Masako du Japon (C'est leur premier voyage à l'étranger depuis leur accession au trône en 2019)

- le prince Albert II de Monaco, son épouse Charlene

- le roi des Pays-Bas Willem-Alexander, sa femme la reine Maxima et l'ancienne reine, la princesse Beatrix

- le roi Philippe de Belgique

- le roi Harald V de Norvège

- la reine Margrethe du Danemark

- le roi d'Espagne Felipe VI sera là, mais aussi son père Juan Carlos Ier, qui a abdiqué en 2014 et vit désormais en exil aux Emirats arabes unis.

Invités "polémiques"

Plusieurs autres dirigeants ont été invités - diplomatie oblige. Ils sont présent, mais ne sont pas forcément accueillis à bras ouverts.

- la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michelont fait le déplacement malgré les tensions suivant le Brexit.

- le président turc Recep Tayyip Erdogan 

- le président brésilien Jair Bolsonaro

- L'Arabie saoudite est représentée par le prince Turki bin Mohammed Al Saud, selon une source diplomatique. Le prince saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a été écarté de la scène internationale après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie saoudite en Turquie en 2018.

- La Chine est représentée par son vice-président Wang Qishan, en l'absence du président Xi Jinping.Les relations entre Londres et Pékin sont tendues en raison notamment des questions de droits de l'homme et de la situation à Hong-Kong.

Absents, car pas invités

Quelques pays n'ont tout simplement pas été invités à l'événement.

- La Russie et le Bélarus ont été exclues en raison de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. Cette mise au ban est jugée "blasphématoire" et "immorale" par Moscou.

- La Birmanie, ancienne colonie britannique dirigée par une junte militaire sanctionnée par Londres

- La Syrie, l'Afghanistan et la Corée du Nord ont également été écartés.