Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Elizabeth II : ultimes heures d'attente à Londres avant les funérailles d'Etat

Access to the comments Discussion
Par Anelise Borges
euronews_icons_loading
Deux femmes rendent hommage à Elizabeth II à Londres, 18/09/2022
Deux femmes rendent hommage à Elizabeth II à Londres, 18/09/2022   -   Tous droits réservés  ALAIN JOCARD/AFP or licensors

Ce dimanche, la désormais célèbre file d'attente à Londres vivait ces dernières heures avant les funérailles d'Etat d'Elizabeth II ce lundi. Le cercueil de la souveraine restera accessible au public jusqu'à ce lundi 6h30, heure locale, à Westminster Hall.

Des dizaines de milliers de personnes ont bravé les longues heures d'attente pour rendre un dernier hommage à leur souveraine.

"Elle a toujours été là pour nous. Je veux faire cela pour elle, pour la remercier d'avoir été à notre service", explique cet homme.

"La Reine nous a beaucoup donné. Elle a donné sa vie. Elle a sacrifié sa vie pour nous. C'était une femme spéciale, alors oui, c'est un pèlerinage que j'ai ressenti le besoin de faire", se justifie cette autre_._

Des têtes couronnées et des dignitaires du monde entier ont commencé à converger vers la capitale britannique pour assister aux cérémonies.

En coulisses, les répétitions battent leur plein. Le cercueil sera transféré de Westminster Hall à l'abbaye voisine de Westminster où se tiendra le service religieux, point d'orgue de ces funérailles d'Etat.

Les plus motivés campent déjà pour s'assurer d'être aux premières loges.

Parmi eux, Evelyn, 88 ans. Elle a déclaré qu'il était hors de question qu'elle manque l'événement.

"Elle était ma reine. Elle a été ma reine pendant 70 ans", se justifie-t-elle.

Lorsque le cercueil de la Reine Elizabeth sera transporté dans les rues de Londres. Quelque 2 000 invités seront présents, 500 dignitaires étrangers, 4 000 militaires et potentiellement des milliards de téléspectateurs dans le monde entier.

"Un hommage à nul autre pareil, disent les gens ici, à l'image d'une reine à nulle autre pareille", conclut notre envoyée spéciale Anelise Borges.