This content is not available in your region

Ukraine : pris de court, les prorusses convoquent en urgence des référendums d'annexion par Moscou

Access to the comments Discussion
Par Oleksandra Vakulina  & Euronews
euronews_icons_loading
Sasha Vakulina sur la plateau d'Euronews
Sasha Vakulina sur la plateau d'Euronews   -   Tous droits réservés  Capture d'écran / Euronews

Alors que la Russie a lancé son invasion de l'Ukraine le 24 février dernier, Kyiv a entamé une contre-offensive en septembre qui semble porter ses fruits. Face aux avancées ukrainiennes, Moscou a annoncé l'organisation de référendums destinés à annexer les régions conquises.

Notre journaliste Sasha Vakulina fait état des dernières avancées ce lundi, à l'aide de cartes.

Consolidations au nord et à l'Est

Les forces ukrainiennes continuent de frapper les structures de transport et logistiques des forces militaires russes dans le sud de l'Ukraine, plus précisément dans la région de Kherson.

La contre-offensive de Kyiv se poursuit dans la partie nord-est où l'Ukraine semble avoir fait une percée dans la région de Louhansk.

Selon l'Institut pour l'étude de la guerre, les forces ukrainiennes poursuivent probablement des opérations offensives limitées et localisées à travers la rivière Oskil et le long de la ligne Lyman--Bilohorivka.

D'après les images géolocalisées des combats, les troupes ukrainiennes ont repris le contrôle de Bilohorivka, qui se trouve à moins de 20 km de la zone de Lysychansk-Sievierodonetsk. Il s'agissait du dernier bastion ukrainien dans la région de Louhansk avant que les Russes n'en prennent le contrôle le 3 juillet.

Des référendums pour annexer les régions de Donetsk, Louhansk et Kherson

Cette évolution signifie désormais que la Russie n'a plus le contrôle total de l'ensemble de la région de Louhansk, sans parler de la région de Donetsk.

Selon l'Institut pour l'étude de la guerre, les annonces par Moscou de référendums d'annexion témoignent de la panique au sein des forces locales pro-russes et du fait que le Kremlin a été pris de court.

Le vice-président du conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a déclaré : "_les référendums dans le Donbass sont essentiels, non seulement pour la protection systématique des résidents de cette région et des autres territoires libérés, mais aussi pour le rétablissement de la justice historiqu_e."