Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Vladimir Poutine signe une loi alourdissant les peines de prison pour refus de combattre

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP / AP
Des recrues des forces armées russes en bus dans un centre militaire à Volgograd, le 24 septembre 2022.
Des recrues des forces armées russes en bus dans un centre militaire à Volgograd, le 24 septembre 2022.   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved   -  

Le président russe Vladimir Poutine a signé samedi des amendements prévoyant jusqu'à 10 ans de prison pour les militaires qui désertent ou refusent de combattre en période de mobilisation, comme c'est le cas actuellement.

Selon le Kremlin, M. Poutine a également signé samedi une loi qui facilite l'accès à la nationalité russe pour les étrangers qui s'engagent pour une durée d'au moins un an dans l'armée, au moment où Moscou cherche par tous les moyens à recruter plus d'hommes pour combattre en Ukraine. L'annonce de la mobilisation - partielle - par M. Poutine mercredi 21 septembre, a suscité une ruée de ressortissants russes vers les pays voisins.

Réorganisation logistique

La Russie a par ailleurs annoncé samedi le remplacement de son plus haut gradé chargé de la logistique, à l'aube d'une vaste campagne de mobilisation et alors que l'offensive en Ukraine a montré des difficultés en matière d'organisation. "Le général d'armée Dmitri Boulgakov a été relevé de ses fonctions de vice-ministre de la Défense de la Fédération de Russie en raison de son transfert vers un autre poste", a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué, sans donner de précisions.

Il a été remplacé par le colonel général Mikhaïl Mizintsev, qui dirigeait jusque-là le Centre de contrôle de la défense nationale, et sera désormais le vice-ministre de la Défense "responsable du ravitaillement matériel et technique des forces armées", selon la même source. Agé de 60 ans, Mikhaïl Mizintsev a occupé de nombreux postes à responsabilité au sein de l'état-major au cours de sa longue carrière militaire. Il est visé par des sanctions occidentales pour son rôle dans le siège de Marioupol, une ville portuaire du sud-est de l'Ukraine conquise en mai par les forces russes au prix d'importantes destructions.

Ce changement au sein de l'état-major intervient alors que le président Vladimir Poutine a annoncé cette semaine la mobilisation de centaines de milliers de Russes pour donner un nouvel élan à son offensive en Ukraine. Cette mobilisation représente un important défi organisationnel, nécessitant de convoquer des réservistes aux quatre coins d'un territoire immense, les équiper, les acheminer vers des centres d'entraînement, puis au front.

Or l'intervention militaire en Ukraine a mis en lumière d'importantes difficultés en matière de logistique, les analystes mettant en avant ces carences comme l'une des raisons expliquant les difficultés rencontrées par les troupes russes dès le début de l'offensive.