Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ukraine : les "référendums" d'annexion se poursuivent, Lavrov charge l'Occident

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Bureau de vote mobile à Marioupol, dans la République populaire de Donetsk, contrôlée par les séparatistes prorusses, le samedi 24 septembre 2022.
Bureau de vote mobile à Marioupol, dans la République populaire de Donetsk, contrôlée par les séparatistes prorusses, le samedi 24 septembre 2022.   -   Tous droits réservés  AP Photo   -  

Dans les régions sous occupation de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, les urnes continuent de circuler de maison en maison pour légitimer l'annexion imminente de ces territoires ukrainiens par la Russie.

Les milices prorusses installées dans ces régions ont également exprimé leur vote, dans ces référendums qualifiés de "simulacres" par bon nombre de dirigeants occidentaux.

Ce que Moscou nie toujours.

"Les référendums se déroulent sur la base des décisions des autorités gouvernementales locales, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à la tribune de l’ONU. Les conditions de ces référendums ont été publiées et comme je l'ai déjà dit, la Russie, bien sûr, respectera l'expression de la volonté de ces personnes qui, depuis de longues années, souffrent des abus du régime néonazi."

"La russophobie officielle en Occident est sans précédent, son ampleur est grotesque", a-t-il ajouté, s'en prenant plus directement aux Etats-Unis qui "essaient de faire de l'ensemble du monde leur arrière-cour", selon lui.

Côté ukrainien, certains habitants constatent avec impuissance comment du jour au lendemain, ils pourraient passer sous pavillon russe.

"Qu'est-ce que je peux dire sur les référendums ? C'est évidemment illégal, dit une habitante de Kramatorsk. C'est notre territoire, le territoire ukrainien. Je pense qu’ils n’ont rien à faire ici. Nous sommes Ukrainiens".

Si les dirigeants du G7 ont condamné ces référendums et que le président américain Joe Biden a promis de nouvelles sanctions, la Russie semble déterminée à annexer de force ces régions.