Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Fact checking : l'armée allemande ne va pas patrouiller dans les rues du pays dès le 1er octobre

Access to the comments Discussion
Par Matthew Holroyd  & Euronews
Screenshot
Screenshot   -   Tous droits réservés  Euronews et AP   -  

La guerre en Ukraine a suscité des inquiétudes en matière de sécurité dans toute l'Europe, et certains pays ont renforcé leurs services militaires et de renseignement. Mais récemment, de fausses allégations ont circulé selon lesquelles, en Allemagne, les forces armées du pays allaient commencer à se déployer dans les rues, et à patrouiller devant les supermarchés.

Sur les réseaux sociaux, des utilisateurs ont affirmé qu'à partir du samedi 1er octobre, l'armée allemande sera déployée pour soi-disant prévenir toute perturbation. Certains messages sur les réseaux sociaux ont reçu plus de 150 000 likes, tandis que d'autres ont même suggéré qu'il s'agirait d'une "sorte de Gestapo", la police secrète de l'Allemagne nazie.

Des utilisateurs français des réseaux sociaux ont également véhiculé ces informations.

Mais ces affirmations sont fausses. L'armée allemande ne fait que se restructurer, elle ne se verra pas attribuer de nouveaux pouvoirs ni de patrouilles de rue.

En juin, le ministère allemand de la défense a annoncé la création d'un nouveau corps en octobre, qui regroupera les tâches de "gestion du territoire" en un seul corps. Ces tâches comprennent non seulement les opérations de l'armée, mais aussi, par exemple, l'organisation des troupes alliées de l'OTAN en Allemagne.

Le ministère souligne dans ce communiqué qu'il n'a "aucune intention d'augmenter le déploiement armé" dans les rues. Et il n'y a par ailleurs eu aucun changement dans la Constitution allemande.

Actuellement, l'armée ne peut être déployée sur le terrain dans le pays que lors de catastrophes naturelles par exemple, ou lorsque l'ordre fondamental de la démocratie est menacé.

L'Allemagne affirme que cette restructuration de l'armée l'aidera à mieux se préparer aux crises, après la pandémie de COVID-19 et les inondations dévastatrices de l'été dernier. Mais en tout état de cause, rien ne prouve que l'armée sera désormais régulièrement déployée dans les rues.