PUBLICITÉ

De nouvelles accusations contre Alexeï Navalny, passibles de 30 ans de prison

Alexeï Navalny le 18 octobre, depuis sa colonie pénitentiaire à 200 km de Moscou
Alexeï Navalny le 18 octobre, depuis sa colonie pénitentiaire à 200 km de Moscou Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'opposant russe Alexeï Navalny dit être visé par de nouvelles accusations, liées au terrorisme, au nazisme et à l'extrémisme. Il est déjà enfermé pour 9 ans à 200km de Moscou, il en risque 30 de plus.

PUBLICITÉ

L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a affirmé jeudi être visé par de nouvelles accusations pénales pour "promotion du terrorisme", "appel à l'extrémisme", "financement d'activités extrémistes" et "réhabilitation du nazisme", passibles au total de 30 ans de prison.

"Les avocats ont calculé que cela faisait environ 30 ans, en prenant en compte les peines prévues pour chacun de ces articles" du code pénal, a-t-il indiqué dans un message diffusé par son équipe sur les réseaux sociaux.

Le militant anticorruption de 46 ans, considéré comme le principal détracteur du président Vladimir Poutine, précise avoir reçu une notification l'informant de l'ouverture de cette nouvelle affaire criminelle alors qu'il est déjà emprisonné.

"Je suis un génie du monde criminel (...) Vous pensiez tous que j'étais depuis deux ans à l'isolement, en prison, mais en fait je commettais des crimes activement", a-t-il ironisé, en félicitant les enquêteurs russes pour leur "vigilance".

Selon lui, ces nouvelles accusations seraient visiblement liées, en partie, à des vidéos publiées par ses alliés en exil, qui continuent de militer contre le pouvoir russe depuis l'étranger.

Alexeï Navalny a été arrêté en Russie en janvier 2021, à son retour au pays après avoir subi une grave tentative d'empoisonnement, qu'il attribue au Kremlin.

En mars dernier, il a été été condamné à neuf ans de prison en régime "sévère" pour des accusations "d'escroquerie" qu'il juge fictives.

Il continue de transmettre des messages dénonçant Vladimir Poutine et son intervention en Ukraine à ses avocats, qui sont ensuite publiés en ligne par son équipe.

Cet été, il a affirmé à plusieurs reprises avoir été placé en cellule disciplinaire dans sa colonie pénitentaire près de Vladimir, à 200 km à l'est de Moscou.

Son empoisonnement en 2020, puis son emprisonnement, ont été vivement dénoncés en Occident.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’opposant emprisonné Alexeï Navalny, malade, est laissé "sans soins"

Les soutiens d’Alexeï Navalny installent une réplique de sa cellule d’isolement à Paris

Russie : Vladimir Poutine reconduit Mikhaïl Michoustine au poste de Premier ministre