EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ukraine : restrictions d'électricité et déplacement de population près de Kherson

Une habitante lors d'une panne de courant, à Borodyanka, dans la région de Kyiv, en Ukraine, jeudi 20 octobre 2022.
Une habitante lors d'une panne de courant, à Borodyanka, dans la région de Kyiv, en Ukraine, jeudi 20 octobre 2022. Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au lendemain d'une série de frappes russes visant des infrastructures énergétiques, les autorités ukrainiennes ont demandé ce jeudi à la population et aux entreprises de réduire autant que possible leur consommation d'électricité.

PUBLICITÉ

Au lendemain d'une série de frappes russes visant des infrastructures énergétiques, les autorités ukrainiennes ont demandé ce jeudi à la population et aux entreprises de réduire autant que possible leur consommation d'électricité. A Kyiv, les habitants ont ainsi été appelés à éteindre les équipements électriques entre 7h et 23h.

En plus de la capitale et de ses environs, les régions de Tchernihiv, Tcherkassy et Zhytomyr sont particulièrement touchées, comme l'a indiqué sur Telegram le gestionnaire de réseau de transport d'électricité, Ukrenergo.

Dans un message adressé aux dirigeants européens, qui tiennent un sommet consacré à l'énergie, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a accusé la Russie de tuer des civils et de frapper des cibles non militaires et des infrastructures critiques. La Russie transforme le réseau électrique ukrainien en "champ de bataille", a-t-il déclaré.

"Menace croissante" depuis le Bélarus

Sur le terrain, la guerre continue. L'armée ukrainienne se dit inquiète de la "menace croissante" d'une nouvelle offensive russe depuis le Bélarus, son voisin au nord, dont le territoire a servi de base arrière aux forces russes pour leur invasion de l'Ukraine fin février. "La rhétorique agressive des dirigeants militaires et politiques de la Russie et du Bélarus s'intensifie", a déclaré à la presse Oleksiï Gromov, un responsable de l'état-major militaire ukrainien.

"La menace de reprise de l'offensive sur le front nord par les forces armées russes grandit", a-t-il affirmé, alors que Moscou et Minsk ont lancé une force militaire commune ces derniers jours.

Selon lui, "cette fois, l'offensive pourrait être (lancée) à l'ouest de la frontière bélarusse pour couper les principales voies d'approvisionnement en armes et équipements militaires" étrangers qui arrivent par l'Ouest de l'Ukraine, notamment via la Pologne.

Plus tôt dans la journée, les services de renseignement bélarusses (KGB) avaient affirmé de leur côté que "presque chaque jour, nous constatons une augmentation des activités de renseignement depuis le territoire ukrainien, des tentatives quotidiennes de violer l'espace aérien du Bélarus", cité par l'agence de presse d'Etat Belta.

Évacuations ou déportations ?

De son côté, le ministère russe de la Défense affirme que ses forces ont repoussé une contre-offensive ukrainienne dans la région méridionale de Kherson, où des ferrys continuent de déplacer la population vers les zones sous contrôle russe : Moscou appelle cela des évacuations. Kyiv, des déportations.

Les autorités imposées par Moscou entendent évacuer un total de 60 000 personnes. Avant la guerre, Kherson, première grande ville occupée par les Russes, comptait près de 300 000 habitants.

Le président russe Vladimir Poutine a visité un camp d'entraînement militaire près de Moscou.  C'est la première fois depuis l'annonce de la mobilisation partielle de centaines de milliers de réservistes le 21 septembre dernier que le dirigeant russe observait sur le terrain des exercices d'entraînement de ces civils appelés à appuyer l'offensive russe en Ukraine. Cette annonce avait poussé des centaines de milliers de Russes à fuir le pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine: les évacuations s'accélèrent à Kherson

Guerre en Ukraine : la situation au 20 octobre, cartes à l'appui

Au moins 31 morts en Ukraine après des bombardements massifs russes