Iran : l'hommage à une victime de la répression vire à l'émeute

Un hommage à une jeune femme tuée dans la répression a dégénéré, ce jeudi, près de Téhéran (Iran).
Un hommage à une jeune femme tuée dans la répression a dégénéré, ce jeudi, près de Téhéran (Iran). Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De nouvelles manifestations ont été organisées jeudi en Iran malgré la répression sanglante, les forces de sécurité ayant ouvert le feu contre des protestataires en colère lors d'une cérémonie de deuil près de Téhéran.

PUBLICITÉ

De nouvelles manifestations ont été organisées jeudi en Iran malgré la répression sanglante, les forces de sécurité ayant ouvert le feu contre des protestataires en colère lors d'une cérémonie de deuil près de Téhéran.

Selon l'ONG Iran Human Rights (IHR) basée en Norvège, de nombreuses personnes ont participé jeudi à Karaj près de Téhéran, à une cérémonie pour le 40e jour du décès de Hadis Najafi, une manifestante de 22 ans tuée, selon des militants, par des policiers en septembre.

La police a bloqué l'autoroute menant au cimetière pour empêcher un plus grand rassemblement sur les lieux, a affirmé l'ONG. IHR a publié une vidéo montrant des participants scandant "cette année est l'année du sang, Seyyed Ali (Khamenei) sera renversé", en référence au guide suprême de la République islamique.

Les forces de sécurité ont tiré sur les manifestants, selon plusieurs vidéos montrant des protestataires jetant des pierres sur un véhicule de la police, tandis que d'autres incendiaient des poubelles et un commissariat.

Violents affrontements

Un membre du Bassidj, une milice paramilitaire liée aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, a été tué et dix policiers ont été blessés dans ces affrontements, a rapporté l'agence de presse officielle Irna, selon laquelle 500 personnes ont participé à ces "émeutes".

D'autres cérémonies de deuil ont été organisées, notamment à Fouladshahr et Arak (centre), où les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir.

Une cérémonie de deuil doit par ailleurs avoir lieu vendredi à Ispahan (centre) pour le 40e jour du décès de Shirin Alizadeh, 36 ans, tuée d'une balle par des membres du Bassidj alors qu'elle filmait une scène de répression dans le nord-est de l'Iran, a affirmé Amnesty international.

Depuis le 16 septembre, au moins 176 personnes ont péri, selon l'IHR, dans la répression des manifestations liées à la mort de Mahsa Amini. Par ailleurs, 101 personnes, selon cette ONG, sont mortes lors de protestations distinctes à Zahedan dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : première condamnation à mort depuis le début des manifestations

Iran : faible participation pour les élections législatives dans le pays

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles