Tourisme pour tous et préoccupations écologiques au Salon du voyage à Londres

Archives : touristes étrangers à l'aéroport de Tokyo (Japon), le 11/10/2022
Archives : touristes étrangers à l'aéroport de Tokyo (Japon), le 11/10/2022 Tous droits réservés Eugene Hoshiko/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Décimée par la pandémie, l'industrie du voyage a tenu salon à Londres durant trois jours. Quel avenir pour le tourisme de masse après de longs mois de restrictions sanitaires et des préoccupations écologiques incontournables ?

PUBLICITÉ

Tourisme pour tous et préoccupations écologiques au Salon du voyage à Londres

Décimée par la pandémie, l'industrie du voyage a tenu salon à Londres durant trois jours de rencontres. Quel avenir pour le tourisme de masse après de longs mois de restrictions sanitaires et de déplacements internationaux rendus impossibles ?

Au World Travel Market Trade show, les acteur du voyage restent cependant optimistes...

Juliette Losardo, directrice du salon, WTM London : "Nous nous asseyons et nous demandons comment nous ferions les choses différemment et comment nous devrions faire les choses à l'avenir, je pense que les gens mettent en avant des sujets comme la durabilité et c'est important."

Mais malgré la prise de conscience environnementale par une grande partie de la population, l'activité du secteur repart à la hausse.

Entre janvier et juillet de cette année, le tourisme mondial a retrouvé près de 60 % de son niveau pré-pandémique. On estime que plus de 470 millions de personnes ont voyagé à l'étranger pendant cette période. L'Europe et le Moyen-Orient affichent la reprise la plus rapide.

Face au défi climatique, le tourisme représente à lui seul 8% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Un secteur polluant qui, à travers ce salon, affiche sa volonté de faire mieux.

Ilin Dimitrov est le ministre bulgare du tourisme par intérim. Selon lui, "nous voyons que nous devons changer la perception du tourisme, la façon dont nous offrons le service."

En pleine COP27 en Egypte, la durabilité est sur toutes les lèvres. Mais est-il vraiment possible de marier vacances au bout du monde bien souvent en avion et objectifs climatiques ?

Fatim-Zahra Ammor est la ministre marocaine du tourisme. "Nous travaillons sur le tourisme vert parce que c'est important, explique-t-elle_. C'est quelque chose qui répond aux besoins des consommateurs parce qu'après le Covid-19, tout le monde veut de l'éco-tourisme et c'est l'une de nos priorités à l'avenir. Cela fera partie de la future feuille de route sur laquelle nous travaillons actuellement."_

Autre point d'interrogation, le prix des billets d'avion. En France par exemple, il est en hausse de plus de 20% sur un an. La faute, selon les compagnies, aux adaptations nécessaires post-covid et au contexte international très compliqué depuis la guerre en Ukraine.

Autant de défis pour l'avenir du secteur.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

ITB Berlin : les destinations tendances 2023 de la reprise post-Covid

Analyser et construire un nouveau modèle touristique

Le spectacle des cerisiers fleuris a débuté au Japon