Le missile tombé en Pologne proviendrait de la "défense aérienne ukrainienne", selon les USA

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Images des dégâts provoqués par le missile tombé sur le sol ukrainien, le 15 novembre 2022
Images des dégâts provoqués par le missile tombé sur le sol ukrainien, le 15 novembre 2022   -   Tous droits réservés  أ ب

Deux personnes sont mortes dans une explosion en Pologne, près de la frontière ukrainienne, mardi soir, après une très dense offensive aérienne russe contre l’Ukraine. L’incident a provoqué de vives réactions diplomatiques mais les circonstances du tir et l’origine du missile restent encore floues.

C'est la première fois dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine que des armes russes semblent s'abattre sur un pays de l'OTAN. Après le tir d’une centaine de missiles de la Russie sur l’Ukraine mardi, une explosion a eu lieu en Pologne - pays membre de l’OTAN - dans le village de Przewodów, à la frontière avec l’Ukraine et à seulement 70 kilomètres de la grande ville ukrainienne de l’ouest, Lviv. Deux personnes sont mortes.

Dans la nuit, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a appelé les Polonais à garder leur calme tant que les faits n'auront pas été établis. Le président polonais a déclaré de son côté que l'incident pourrait être isolé.

Déclaration officielle du Président polonais, le 15 novembre 2022

La Pologne a affirmé dans la nuit qu’un "projectile très probablement de fabrication russe" a atteint son territoire. Mais l’incertitude demeure sur l’origine de ce missile, entre possible tir de la défense anti-aérienne ukrainienne ou fragment de missile russe pulvérisé en vol.

Une position que partagent les Etats-Unis. Le président américain Joe Biden – qui avait précédemment suggéré que l’idée que le missile provenait de Russie était peu probable – a déclaré aux alliés de l’OTAN que le missile était la défense aérienne ukrainienne, selon une source de l’OTAN qui s’est entretenue avec Reuters.

Déclaration du Président ukrainien: "J'ai eu un appel téléphonique avec le président de la Pologne Andrzej Duda, et exprimé ses condoléances pour la mort de citoyens polonais à la suite de la terreur des missiles russes. Nous avons discuté des informations disponibles."

Pour le Président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce tir de missile _"_n’est rien d’autre qu’un message de la Russie adressé au sommet du G20", et ajouté "un Etat terroriste parmi vous, contre lequel il faut se défendre."

De son côté, le ministère russe de la défense a qualifié cette affaire de "provocation". Il a fermement démenti que la Russie soit à l'origine de "toute frappe sur des cibles près de la frontière ukraino-polonaise", et précisé: "Nous voulons souligner que les frappes de haute précision ont été menées uniquement sur des ciblées situées en territoire ukrainien et à une distance maximale de 35 kilomètres de la frontière ukraino-polonaise. Les spécialistes russes ont étudié les photographies des débris retrouvés en Pologne et identifié des systèmes de missiles S-300 des forces ukrainiennes. Les déclarations de sources ukrainiennes et de responsables étrangers évoquant la chute d’un missile russe sur Przewodów sont des provocations délibérées dans le but de provoquer une escalade de la situation."

En plein sommet du G20, les diplomaties du monde entier s’activent sur fond de possible escalade de la guerre en Ukraine. Le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg doit tenir dans la journée une "réunion d’urgence" avec les ambassadeurs de l’Alliance Atlantique àla demande de la Pologne, qui sollicite l'article 4 de l'Alliance, et envisageait même d'enclencher l'article 5. 

L'article 4 permet aux membres de soulever des questions liées à leur sécurité. L'article 5 prévoit quant à lui qu'une attaque armée contre un membre de l'OTAN est une attaque contre tous les membres de l'Alliance.

Plusieurs chefs d'Etat ont appelé à la plus grande prudence. Le Président français Emmanuel Macron a exprimé sa solidarité avec la Pologne. "Des analyses sont en cours", a insisté le chef de l’Etat, qui a souhaité "faire la pleine clarté" sur cet incident survenu sur le territoire d’un pays membre de l’OTAN. "Nous coopérons avec la Pologne pour comprendre ce qui s’est passé. (…) Des premiers travaux ont été partagés par les Etats-Unis. Il faut être très prudent", a-t-il ajouté.

Le Chancelier allemand Olaf Scholz a quant à lui mis en garde mercredi contre toute "conclusion hâtive sur le déroulement des faits avant une enquête soigneuse."

Pour les Vingt-Sept, il est essentiel de rester unis et solidaires et de maintenir le soutien à l’Ukraine. L’explosion en Pologne est directement liée aux bombardements massifs de la Russie sur l’ensemble du territoire ukrainien.