Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Football : Karim Benzema forfait pour la Coupe du monde au Qatar

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Karim Benzema pendant la séance d'entraînement au stade Jassim Bin Hamad à Doha, au Qatar, samedi 19 novembre 2022.
Karim Benzema pendant la séance d'entraînement au stade Jassim Bin Hamad à Doha, au Qatar, samedi 19 novembre 2022.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Christophe Ena   -  

Les champions du monde français se sont réveillés dimanche sans Karim Benzema, Ballon d'Or terrassé par une nouvelle blessure, un "gros coup dur" pour les Bleus avant d'affronter l'Australie au Mondial mardi.

Le feuilleton des blessés continue de bousculer l'équipe de France et le dernier épisode en date prend la forme d'une violente secousse: l'attaquant du Real Madrid est à terre, comme Paul Pogba et N'Golo Kanté, Mike Maignan, Presnel Kimpembe et Christopher Nkunku.

"C'est un gros coup dur, il avait tout fait (pour revenir) et nous aussi", a réagi Didier Deschamps dimanche sur TF1. "C'est important pour nous de ne pas baisser les bras, de continuer à travailler et penser au premier match contre l'Australie", s'est projeté de son côté Antoine Griezmann, invité de l'émission Téléfoot.

A l'antenne, le sélectionneur, peu disert, a annoncé qu'il ne remplacerait pas Benzema numériquement, malgré la possibilité offerte par les règlements. Les Bleus tenteront donc de défendre leur titre avec 25 joueurs.

C'est un "coup de massue", résume le quotidien La Provence en Une, quand le journal sportif L'Equipe titre sur le "Ballon de Plomb". Benzema "voit s'envoler ses espoirs de remporter la Coupe du monde avec les Bleus, un de ses objectifs comme il l'avait signalé après avoir reçu le Ballon d'Or, le 17 octobre", résume le Progrès, quotidien phare de sa région natale.

"Geste quasi anodin"

En Espagne aussi, la nouvelle s'affiche en première page de As: "Un Mondial sans Benzema", avec une photo de l'attaquant du Real tête basse, samedi à l'entraînement. Le Mondial "commence sous le choc de l'absence pour blessure du Ballon d'Or", écrit le quotidien sportif madrilène.

Convalescent depuis un mois, Benzema a espéré voir le bout du tunnel, samedi, en participant à son premier entraînement collectif avec les Bleus. Mais il s'est blessé sur le devant de la cuisse gauche après "un geste quasi anodin", une "lésion trop importante par rapport aux échéances qui nous attendent", a décrit Deschamps.

"De ma vie je n'ai jamais abandonné mais ce soir, il faut que je pense à l'équipe comme je l'ai toujours fait", a réagi le buteur sur Instagram, dans la nuit de samedi à dimanche. "La raison me dit de laisser ma place à quelqu'un qui pourra aider notre groupe", a-t-il ajouté, un vœu finalement non exaucé par le sélectionneur.

A 34 ans, Benzema ne disputera probablement jamais une deuxième Coupe du monde, après celle de 2014 qu'il avait terminée en quarts de finale, dans la peau de meilleur buteur français.

Pour défendre leur titre de 2018, les Bleus vont devoir faire sans l'ancien Lyonnais, revenu en grâce l'an dernier après le bannissement (2015-2021) consécutif à "l'affaire de la sextape".

Plus que jamais, la star du Paris SG Kylian Mbappé se retrouve au centre des attentes.

Le réservoir d'attaque reste bien rempli toutefois autour de Mbappé, avec Griezmann, Ousmane Dembélé, Kingsley Coman, Marcus Thuram, Randal Kolo Muani... et Olivier Giroud, éternel revenant (36 ans) et premier postulant pour remplacer Benzema.

Mal mystérieux

Une brume assez épaisse entourait l'état de santé de Benzema depuis la mi-octobre. Il se plaignait de gênes persistantes à la cuisse droite depuis plusieurs semaines, sans que la nature de ses pépins physiques ne soit clairement établie.

Il avait disputé son dernier match en intégralité le 19 octobre, un Elche-Real remporté 3-0 par les Madrilènes avec un but du Français, sacré Ballon d'Or deux jours plus tôt à Paris. Et il n'avait pu jouer, depuis, qu'une petite trentaine de minutes le 2 novembre en Ligue des champions.

L'étirement de sa période de convalescence a commencé à poser question à l'aube du Mondial, notamment sur sa capacité à répéter les efforts à haute intensité dans la chaleur du Qatar.

A l'autre bout du terrain, en défense, le ciel se dégage en revanche autour de Raphaël Varane (29 ans, 87 sélections), patron de la jeune arrière-garde, engagé dans une course contre la montre depuis son inquiétante blessure à la cuisse droite le 22 novembre.

Le défenseur de Manchester United, seulement revenu samedi à l'entraînement collectif, "sera disponible" contre l'Australie, a assuré Deschamps sur TF1.

Une rare bonne nouvelle dans un océan de tourments.