Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ecosse : pas de nouveau référendum d'indépendance sans l'accord de Londres

Access to the comments Discussion
Par Euronews
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, au Parlement écossais à Edinbourg, le 28 juin 2022
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, au Parlement écossais à Edinbourg, le 28 juin 2022   -   Tous droits réservés  ANDY BUCHANAN / AFP

Le gouvernement écossais n'a pas le pouvoir d'organiser un nouveau référendum d'indépendance sans l'accord de Londres, a conclu ce mercredi la Cour suprême britannique.

Expliquant son verdict, le président de la Cour suprême Robert Reed a indiqué que les juges avaient conclu à l'unanimité qu'un tel scrutin aurait des conséquences sur l'union du Royaume-Uni et requiert donc un accord du pouvoir central à Londres.

Si tôt la décision de la haute cour de justice britannique officialisée, la Première ministre écossaise s'est dite "déçue". Sur Twitter, Nicola Sturgeon a également indiqué qu'elle "respecte le jugement de la Cour suprême du Royaume-Uni", tout en ajoutant que cette instance "ne fait pas la loi, elle ne fait que l'interpréter". Dans un second message, elle indique également que "le jugement d'aujourd'hui bloque un chemin pour que la voix de l'Ecosse soit entendue sur l'indépendance, mais en démocratie, une voix ne peut pas et ne sera pas réduite au silence".

Le gouvernement britannique a, quant à lui, affirmé qu'Edimbourg devait désormais se "concentrer (...) sur les problèmes qui comptent le plus" pour les Ecossais après le refus par la justice britannique d'autoriser la tenue d'un nouveau référendum d'indépendance.

"Nous prenons note et respectons le verdict unanime de la Cour suprême aujourd'hui", a indiqué le ministre chargé de l'Ecosse, Alister Jack, dans un communiqué. "Les gens en Ecosse veulent que leurs gouvernements (à Edimbourg et à Londres, ndlr) se concentrent (...) sur les problèmes qui comptent le plus pour eux".

En juin dernier, devant le Parlement écossais, Nicola Sturgeon avait proposé l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance dont la date avait été fixée au 19 octobre 2023. 

S'attendant à un bras de fer judiciaire avec Londres, la Première ministre écossaise avait pris les devants et annoncé que la cour suprême britannique avait été sollicitée pour déterminer si le Parlement écossais avait le pouvoir de légiférer pour organiser ce référendum sans l'accord du gouvernement britannique. Une réponse donc négative selon le jugement rendu ce mercredi.