La Bosnie, désormais candidate, commence sa longue marche vers l'entrée dans l'Union européenne

Željka Cvijanović,  à la tête de la présidence tournante en Bosnie
Željka Cvijanović, à la tête de la présidence tournante en Bosnie Tous droits réservés Armin Durgut/Armin Durgut
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres des Affaires européennes de l'UE ont approuvé l'octroi du statut de candidat à la Bosnie-Herzégovine, mais le pays va devoir mettre en place des réformes difficiles, dans un contexte politique compliqué.

PUBLICITÉ

Les ministres des Affaires européennes de l'UE ont approuvé mardi l'octroi du statut de candidat à la Bosnie-Herzégovine,, ont déclaré à l'AFP des sources diplomatiques.

Cet aval officiel marquera la première étape d'un long processus d'adhésion pour ce pays des Balkans. Il intervient une semaine après un sommet à Tirana lors duquel l'UE a réaffirmé son attachement au processus d'élargissement en faveur des Balkans occidentaux.

La Commission européenne avait recommandé en octobre aux Etats membres d'accorder ce statut à ce pays de 3,5 millions d'habitants miné par la pauvreté et l'instabilité politique, qui est confronté à des menaces sécessionnistes.

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell avait souligné la nécessité d'"insuffler une dynamique positive", notant que la guerre en Ukraine donnait une "nouvelle signification géopolitique" à l'élargissement, "un investissement à long terme dans la paix, la prospérité et la stabilité pour notre continent".

De son côté, le commissaire à l'Elargissement Oliver Varhelyi avait invité les dirigeants de Bosnie-Herzégovine "à tirer le meilleur parti de cette occasion historique et à mettre rapidement en oeuvre les mesures recensées dans (la) recommandation" de la Commission.

Celle-ci a fixé 14 priorités pour des réformes, "la clé de l'ouverture des négociations d'adhésion".

La Bosnie est divisée entre une entité serbe, la Republika Srpska, et une fédération croato-musulmane, reliées par un faible pouvoir central souvent paralysé.

Ce système politique complexe est hérité des accords de paix de Dayton qui ont mis fin à la guerre intercommunautaire dans laquelle 100.000 personnes ont été tuées entre 1992 et 1995.

"Circonstances géopolitiques"

"Ce statut de candidat aurait dû être attribué (à la Bosnie) depuis plusieurs années. Nous comprenons, bien sûr, que cette accélération de la marche vers l'UE a lieu en raison de certaines circonstances géopolitiques", avait commenté dès lundi Zeljka Cvijanovic, membre serbe de la présidence tripartite de Bosnie, citée sur le site de la télévision N1.

"Il est temps que les gens en Bosnie-Herzégovine reçoivent un message positif de la part de l'Union européenne", jugeait aussi Denis Becirovic, membre bosniaque de la présidence tripartite, le 8 décembre à la télévision publique FTV.

Dans un sondage réalisé en août, plus de 90% des habitants de l'entité croato-musulmane déclaraient soutenir l'adhésion du pays à l'UE, contre 54,5% dans l'entité serbe.

Dans son évaluation en octobre, la Commission européenne avait souligné l'insuffisance ou l'absence de réformes dans ce pays, en matière d'Etat de droit notamment.

Alors que l'UE demande aux pays candidats de s'aligner sur sa politique étrangère, l'exécutif européen notait aussi que "les autorités et les partis de l'entité de Republika Srpska ont plaidé en faveur d'une position de neutralité à l'égard de l'agression de l'Ukraine par la Russie (...) entravant la mise en oeuvre intégrale" des sanctions prises contre Moscou.

Confirmé fin octobre à la présidence de l'entité serbe, le nationaliste prorusse Milorad Dodik est frappé par des sanctions américaines et britanniques après avoir multiplié ces derniers mois les menaces séparatistes. Il a souvent déclaré qu'il s'opposerait à la marche de la Bosnie vers l'UE si elle devait passer par une plus grande centralisation de l'Etat.

La reconnaissance du statut de candidat n'est que le début d'un long processus.

L'étape suivante, nécessitant également l'unanimité des Vingt-Sept, est l'ouverture de négociations officielles d'adhésion, qui prennent du temps, car les pays candidats doivent intégrer dans leur droit national un grand nombre d'actes législatifs européens.

Sept pays sont déjà officiellement candidats à une adhésion à l'UE : Turquie (depuis 1999, processus aujourd'hui gelé), Macédoine du Nord (2005), Monténégro (2010), Serbie (2012), Albanie (2014), Ukraine et Moldavie (2022).

Des négociations d'adhésion ont été ouvertes avec la Serbie, le Monténégro, l'Albanie et la Macédoine du Nord.

PUBLICITÉ

Le Kosovo a annoncé son intention de déposer une demande d'adhésion d'ici la fin de l'année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bosnie-Herzégovine : regain de tensions entre Banja Luka et Sarajevo

L'Irlande célèbre ses 50 ans d'adhésion à l'UE : comment le pays a évolué depuis 1973 ?

La Moldavie prend de nouvelles mesures contre l'ingérence russe à l'approche du référendum sur l'UE