EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Séoul affirme avoir tiré sur des drones nord-coréens après une incursion

Un avion de chasse sud-coréen en vol.
Un avion de chasse sud-coréen en vol. Tous droits réservés South Korean Defense Ministry/South Korean Defense Ministry
Tous droits réservés South Korean Defense Ministry/South Korean Defense Ministry
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Corée du Sud a accusé lundi son voisin nord-coréen d'avoir fait voler plusieurs drones à la frontière inter-coréenne, la poussant à déployer des avions de combat pour les abattre.

PUBLICITÉ

La Corée du Sud a accusé lundi son voisin nord-coréen d'avoir fait voler plusieurs drones à la frontière inter-coréenne, la poussant à déployer des avions de combat pour les abattre.

Cette incursion présumée dans l'espace aérien sud-coréen était la première en cinq ans et intervient après une série d'essais d'armement de Pyongyang. L'état-major interarmées sud-coréen (JCS) a indiqué que l'armée avait d'abord "détecté un engin aérien sans pilote nord-coréen autour de l'espace aérien de Gimpo à 10h25" (01H25 GMT) et avait "riposté immédiatement".__"C'est un acte clair de provocation au cours duquel la Corée du Nord a envahi notre espace aérien", a déclaré un officier de l'état-major aux journalistes.

Selon l'armée sud-coréenne, l'incursion a entraîné des tirs d'avertissement de Séoul, qui a aussi déployé des avions de chasse et des hélicoptères de combat sud-coréens pour abattre cinq drones, dont l'un avait atteint l'espace aérien près de Séoul. L'un des appareils sud-coréens, un avion de chasse KA-1, s'est ensuite écrasé dans le comté de Hoengseong, plus à l'est, selon l'agence de presse Yonhap. L'armée n'a pas indiqué si les drones avaient été abattus ou s'ils avaient repassé la frontière entre les deux Corée, qui compte parmi les zones les plus hautement sécurisées au monde.

Provocations

L'armée sud-coréenne a également déployé ses propres moyens de reconnaissance - avec et sans équipage - dans les zones situées à proximité et au nord de la ligne de démarcation militaire pour prendre des "mesures adéquates". "Nous avons mené des activités de reconnaissance et des activités opérationnelles, notamment en photographiant les principales installations militaires ennemies", a déclaré le responsable du JCS. "Notre armée continuera à répondre de manière approfondie et résolue à de telles provocations de la Corée du Nord", a-t-il ajouté.

Les vols ont été temporairement suspendus aux deux aéroports internationaux du pays, de Gimpo et d'Incheon, près de la capitale, pendant une heure environ à la demande de l'armée, selon Yonhap, citant un responsable du ministère sud-coréen des Transports. Selon Yang Moo-jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul, c'est la première fois que des vols sud-coréens ont été suspendus en raison de "l'apparition de drones nord-coréens"."Compte tenu du faible niveau de développement des drones en Corée du Nord, il est peu probable qu'ils soient dotés de capacités d'attaque utilisées dans les guerres modernes", a indiqué le chercheur, estimant qu'ils avaient été déployés pour espionner. "On suppose qu'ils sont venus dans notre région pour un entraînement de reconnaissance", a-t-il ajouté.

Inquiétude croissante

Cette incursion intervient dans un contexte de tension accrue, alors que Pyongyang a réalisé une série d'essais d'armement sans précédent cette année, et a notamment testé son missile balistique intercontinental le plus puissant à ce jour. La semaine dernière, Pyongyang a également tiré deux missiles balistiques de courte portée et a affirmé avoir développé de nouvelles capacités pour prendre des images depuis l'espace à l'aide d'un satellite espion qu'elle prévoit d'achever en avril 2023.

L'utilisation de drones par la Corée du Nord est sujet d'inquiétude croissante pour Séoul, mais Pyongyang nie toute implication et accuse son voisin du Sud de fabriquer des preuves. En 2017, l'armée de Séoul a tiré des coups de semonce en direction d'un objet volant qui a pénétré l'espace aérien du pays depuis la Corée du Nord.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Accord d'assistance Russie-Corée du Nord : Séoul convoque l'ambassadeur russe

La Corée du Nord annonce suspendre l’envoi de paquets remplis de déchets en Corée du Sud

Corée du Sud : évacuation de 36 000 personnes réunies à la grande fête mondiale des scouts