Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine ordonne un cessez-le-feu les 6 et 7 janvier

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine ordonne un cessez-le-feu les 6 et 7 janvier
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe appelle ses troupes à cesser les combats durant 36 heures. L'Ukraine dénonce une "hypocrisie"

PUBLICITÉ

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné ce jeudi à ses forces militaires d'appliquer un cessez-le-feu en Ukraine les 6 et 7 janvier à l'occasion du Noël orthodoxe, après une demande en ce sens du patriarche Kirill, a indiqué le Kremlin.

"Compte tenu de l'appel de Sa Sainteté le patriarche Kirill, j'instruis le ministre russe de la Défense d'introduire un régime de cessez-le-feu sur toute la ligne de contact entre les parties en Ukraine à partir de 12H00 le 6 janvier de cette année jusqu'à 24H00 le 7 janvier", a-t-il indiqué dans le communiqué du Kremlin.

Dès avant l'annonce du Kremlin, l'appel du patriarche Kirill avait déjà été rejeté côté ukrainien. Un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak, a qualifié sur Twitter cet appel à la trêve de "piège cynique" et d'"élément de propagande".

"Gardez votre hypocrisie"

"La Russie doit quitter les territoires occupés, c'est alors seulement qu'il y aura une +trêve temporaire+. Gardez votre hypocrisie", a-t-il répondu sur Twitter, après l'annonce du Kremlin.

Lors d'un appel téléphonique, ce jeudi, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait aussi exhorté son homologue russe à mettre en place un "cessez-le-feu unilatéral" en Ukraine. Il s'agissait selon lui de soutenir la mise en place de pourparlers de paix entre Moscou et Kiev.

Mais si Vladimir Poutine a bien décrété une trêve, il rejette toujours l'idée de négociations à moins que l'Ukraine accepte ce qu'il nomme "la prise en compte des nouvelles réalités territoriales".

Les Ukrainiens eux sont bien décidés à ne rien céder. Encouragés par les revers de leur puissant agresseur, ils se préparent à résister à une possible nouvelle incursion russe depuis le Bélarus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Inondations en Russie : des centaines de sinistrés manifestent pour obtenir des compensations

La journaliste américaine Alsu Kurmasheva reste en prison

Attentat de Moscou : plusieurs diplomates participent à la cérémonie d'hommage